Les harraga en Algérie : émigration et contestation

par Farida Souiah

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Catherine Wihtol de Wenden.

Le président du jury était Jean-Paul Chagnollaud.

Le jury était composé de Catherine Wihtol de Wenden, Michel Peraldi, Monika Salzbrunn, Mohamed Khachani, Luis Martinez.

Les rapporteurs étaient Michel Peraldi, Monika Salzbrunn.


  • Résumé

    Cette thèse est consacrée aux « brûleurs » de frontières – les harraga – qui tentent de quitter l’Algérie sans passeport, ni visa sur des embarcations de fortune, au péril de leur vie. Elle s’appuie et discute le modèle « exit, voice et loyalty » développé par Albert Hirschman afin de stimuler la réflexion et explorer la relation entre émigration et contestation. À partir de sources très diverses – des entretiens semi-directifs avec des harraga et des membres de leur famille, l’observation de procès de harraga, des articles de presse, des productions culturelles, des discours politiques, des textes de lois et des documents d’orientation politique – cette thèse documente les facteurs et les modalités de départ des harraga. Elle s’intéresse également au processus de publicisation et politisation de ce phénomène migratoire en Algérie et analyse les politiques mises en œuvre par les autorités algériennes afin de lutter contre la harga. Les harraga estiment qu’ils appartiennent aux marges d’un système socio-économique corrompu et inégalitaire dans lequel ils n’ont aucune perspective d’amélioration. Confrontés aux politiques migratoires restrictives, ils ne peuvent quitter le pays en respectant les lois imposées par les États. En raison des profils des harraga et de la dangerosité des itinéraires migratoires empruntés, la harga nourrit un discours critique qui porte à la fois sur la responsabilité des autorités dans la perpétuation d’un ordre socio-économique et politique qui pousse de jeunes algériens à quitter le pays, et sur la politique répressive mise en œuvre en réponse à la harga. En réponse à ce phénomène migratoire, les autorités algériennes mettent en œuvre une politique répressive qui s’inscrit dans des dynamiques de politique intérieure et extérieure. Le durcissement des lois sur l’émigration-immigration « irrégulière » en Algérie s’inscrit dans un contexte régional et dans le cadre de l’externalisation des frontières extérieures de l’Union européenne.

  • Titre traduit

    Harragas in Algeria : emigration and protestation


  • Résumé

    This dissertation examines the political implications of harga in Algeria. Literally translated, harga means “burn”. In the Maghreb dialects, the term has come to describe a specific form of migration. Harragas (literally “those who burn”) are those who try to leave their home country without a passport or visa, on small boats, risking their lives. This dissertation uses Albert Hirschman’s model of “Exit, Voice and Loyalty” in order to stimulate reflection and explore the link between exit (emigration) and voice (protest). Drawing from a wide variety of sources – semi-structured interviews with harraga and their family members, observations of trials, newspaper articles, cultural products (movies, novels, paintings, etc.), political speeches, legal texts and policy papers – this dissertation documents the causes of migration and the emigration patterns from Algeria of harraga. It also studies the publicization and politicization process of harga in Algeria. Last, it analyzes the policies implemented by the Algerian government to limit harga. Harragas are trapped in the margins of a corrupt and unequal socio-economic system that offers no prospects of improvement. They cannot leave the country legally because of the restrictive policies implemented by the destination states. Therefore, they try to leave Algeria on small boats, risking their lives. Harragas do not leave in silence. Many newspaper articles and cultural products talk about harragas, who are referred to as undeniable proof that there is something wrong in Algeria. The Algerian authorities are deemed responsible for the departure of these young Algerians and are criticized for the repressive policies implemented as a response to harga. Domestic and international factors influence Algerian migration policy. Domestically, the policy is a response to the criticism that harga provoke. Internationally, the toughening migration laws and increasing penalties in Algeria.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (543 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 447-479

Où se trouve cette thèse\u00a0?