Étude d'un stéréotype de genre de réussite scolaire dans une perspective de justification du système social

par Catherine Verniers

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Delphine Martinot.

Le président du jury était Virginie Bonnot.

Le jury était composé de Delphine Martinot, Fabrizio Butera, Estelle Michinov.

Les rapporteurs étaient Pascal Huguet, Olivier Klein.


  • Résumé

    Dans les dernières décennies, une majorité des pays occidentaux a vu les filles surpasser les garçons en matière de réussite académique. Pourtant, celles-ci restent sous-représentées dans les sciences et la recherche. Nous proposons dans la présente thèse d’explorer ce paradoxe contemporain à la lumière de la théorie de la justification du système (Jost & Banaji, 1994). En particulier, nous suggérons qu’il existe un stéréotype de genre de réussite scolaire, non spécifique à une discipline particulière, dont le contenu permet la justification et le maintien des trajectoires académiques défavorables aux femmes. Cette hypothèse générale est testée dans trois axes de recherche, donnant lieu à huit études. Le premier axe est destiné à documenter le contenu d’un stéréotype de genre de réussite scolaire. Le deuxième axe est consacré à l’étude du rôle possible du stéréotype de genre de réussite scolaire dans la perpétuation des inégalités de genre dans les trajectoires académiques. Enfin, l'objectif dans le troisième axe est de tester dans quelle mesure le stéréotype de genre de réussite scolaire permet de satisfaire le besoin de justifier le système lorsque celui-ci est menacé. Pris dans leur ensemble, les résultats indiquent que les élèves ont connaissance d’un stéréotype de genre décrivant les filles qui réussissent à l’école comme moins affirmées, mais plus conformismes et plus intelligentes et travailleuses que les garçons qui réussissent. Cependant, l’intelligence des filles est jugée moins malléable que celle des garçons. Les résultats semblent en outre confirmer que le contenu de ce stéréotype de genre, parce qu’il associe aux garçons plus qu’aux filles les caractéristiques jugées prédictives de la réussite dans les filières prestigieuses, pourrait servir une fonction de rationalisation et de maintien des trajectoires scolaires défavorables aux filles. En conclusion de cette thèse, nous réaffirmons la nécessité pour les recherches futures d'articuler les explications de niveaux intra-individuel, situationnel, positionnel et idéologique pour une meilleure compréhension des processus de perpétuation de la hiérarchie de genre défavorable aux femmes dans le milieu académique.


  • Résumé

    In spite of continuous academic improvement, female students are still underrepresented in the fields of science and research. Our aim is to explore this contemporary paradox from a system justification perspective (Jost & Banaji, 1994). Specifically, we suggest that a gender stereotype on academic achievement exists, and that its content serves to justify and maintain unfavourable academic paths for women. We test this general assumption in eight studies organized into three lines of research. The first line is intended to document the content of a gender stereotype on academic achievement. The second one focuses on the role of the gender stereotype on academic achievement in the perpetuation of gender inequalities in academic paths. The third one is devoted to testing the justifying function of the gender stereotype on academic achievement, when the gender system is threatened. Taken together, results show that students are aware of the shared belief that girls who succeed in school are less assertive, but more compliant, intelligent and hardworking than boys who succeed in school. Girls' intelligence is nevertheless described as less malleable than boys' intelligence. Results indicate that the caracteristics deemed to predict success in the most prestigious fields of education are ascribed to male students more than to female students, confirming that the gender stereotype on academic achievement could serve to rationalize and perpetuate the gender gap in higher education. Finally, we emphasize that future research should articulate individual, situational, positional and ideological levels of explanation to fully account for the processes underlying the maintenance of the gender hierarchy in the academic domain.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.