La violence des adolescents : quand le corps s’en mêle

par Olivia Quetier

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Pierre Chartier.


  • Résumé

    Ce travail de recherche s’inscrit dans le cadre d’une pratique de psychologue d’une dizaine d’années auprès d’adolescents suivis à la protection judiciaire de la jeunesse. Nous avons choisi de nous pencher sur la violence manifestée de façon récurrente par certains de ces adolescents. Tous ces adolescents consultants un psychologue pour ce problème de violence évoquaient des manifestations physiologiques précédant immédiatement le passage à l’acte. Nos hypothèses nous aideront à cerner cette question en ce qu’elles tenteront d’appréhender ce problème de la violence physique et du vécu corporel qui l’entoure. Nous nous baserons sur le vécu psychique de 14 sujets au travers d’outils que l’entretien et les tests projectifs. C’est une porte sur un corps maltraité, excité pulsionnellement que ces adolescents ont ouvert lors des entretiens. Ils ont évoqué une décision de quitter une position passive par rapport à la violence, la maltraitance, la négligence, leur statut d’objet, pour prendre une position active où ils deviendraient maître et ne serait plus soumis au désir de l’autre pour eux ou contre eux. Il nous semble que nous devons mettre en lien ces agirs violents avec un sentiment de menace quant à leur survie. Cette insécurité existentielle prend sa source dans des angoisses archaïques que nous avons pu repérer chez tous nos sujets. La connaissance de leur problématique psychique pourrait permettre de mettre en place des thérapies plus adaptées ou du moins orientées sur cette vie psychique.

  • Titre traduit

    Violence in adolescents : When the body is involved


  • Résumé

    This work of research forms part of the practice of a psychologist, working for ten years with adolescents monitored by the Youth Judiciary Protection. In it, we chose to examine the recurring aspect of the violence shown by some of those adolescents. All of those adolescents consulting a psychologist regarding the problem of violence talked about physiological manifestations immediately preceding the transition to action. Our hypothesis will help us frame that question as we try to comprehend the issue of physical violence and the physical life experience that surrounds it. We will base our analysis on the psychological life history of 14 subjects using tools such as interviews and projective tests. During these interviews, the adolescents opened a door to a mistreated body, excited by urges. They evoked the decision to move away from a passive position regarding violence, mistreatment, neglect, their status of object, to take an active position where they would become master and would no longer be submissive to the desire of the other for or against themselves. We think that we should link those violent acts to a feeling of threat to their survival. This existential feeling of insecurity takes its source in archaic anxieties that we were able to detect in all of our subjects. An understanding of their psychological issues could enable the implementation of therapies that are more adapted or at least oriented towards that psychological life.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (476-[6] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 442-462

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3796
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.