Reconnaissance d’objets 3D par points d’intérêt

par Ayet Shaiek

Thèse de doctorat en Informatique temps réel, robotique et automatique

Sous la direction de Arnaud de La Fortelle.

Soutenue le 21-03-2013

à Paris, ENMP , dans le cadre de École doctorale Sciences des métiers de l'ingénieur (Paris) , en partenariat avec Centre de robotique (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Luc Dugelay.

Le jury était composé de Arnaud de La Fortelle, Fabien Moutarde.

Les rapporteurs étaient Mohamed Daoudi, Anne Verroust-Blondet.


  • Résumé

    Soutenue par les progrès récents et rapides des techniques d'acquisition 3D, la reconnaissance d'objets 3D a suscité de nombreux efforts de recherche durant ces dernières années. Cependant, il reste à résoudre dans ce domaine plusieurs problématiques liées à la grande quantité d'information, à l'invariance à l'échelle et à l'angle de vue, aux occlusions et à la robustesse au bruit.Dans ce contexte, notre objectif est de reconnaitre un objet 3D isolé donné dans une vue requête, à partir d'une base d'apprentissage contenant quelques vues de cet objet. Notre idée est de formuler une méthodologie locale qui combine des aspects d'approches existantes et apporte une amélioration sur la performance de la reconnaissance.Nous avons opté pour une méthode par points d'intérêt (PIs) fondée sur des mesures de la variation locale de la forme. Notre sélection de points saillants est basée sur la combinaison de deux espaces de classification de surfaces : l'espace SC (indice de forme- intensité de courbure), et l'espace HK (courbure moyenne-courbure gaussienne).Dans la phase de description de l'ensemble des points extraits, nous proposons une signature d'histogrammes, qui joint une information sur la relation entre la normale du point référence et les normales des points voisins, avec une information sur les valeurs de l'indice de forme de ce voisinage. Les expérimentations menées ont permis d'évaluer quantitativement la stabilité et la robustesse de ces nouveaux détecteurs et descripteurs.Finalement nous évaluons, sur plusieurs bases publiques d'objets 3D, le taux de reconnaissance atteint par notre méthode, qui montre des performances supérieures aux techniques existantes.

  • Titre traduit

    3D object recognition with points of interest


  • Résumé

    There has been strong research interest in 3D object recognition over the last decade, due to the promising reliability of the 3D acquisition techniques. 3D recognition, however, conveys several issues related to the amount of information, to scales and viewpoints variation, to occlusions and to noise.In this context, our objective is to recognize an isolated object given in a request view, from a training database containing some views of this object. Our idea is to propose a local method that combines some existent approaches in order to improve recognition performance.We opted for an interest points (IPs) method based on local shape variation measures. Our selection of salient points is done by the combination of two surface classification spaces: the SC space (Shape Index-Curvedness), and the HK space (Mean curvature- Gaussian curvature).In description phase of the extracted set of points, we propose a histogram based signature, in which we join information about the relationship between the reference point normal and normals of its neighbors, with information about the shape index values of this neighborhood. Performed experiments allowed us to evaluate quantitatively the stability and the robustness of the new proposed detectors and descriptors.Finally we evaluate, on several public 3D objects databases, the recognition rate attained by our method, which outperforms existing techniques on same databases.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.