Enjeux de l'enseignement à distance pour l'université française : 1947-2004

par Françoise Thibault

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Pierre Moeglin.

Soutenue en 2007

à Paris 13 .


  • Résumé

    De propos d’experts et de chercheurs du domaine, l’enseignement à distance (EAD) serait devenu impossible à définir. L e refus d’accepter qu’une réalité sociale, manifeste dans des discours comme dans les pratiques, puisse devenir indéfinissable et impensable, constitue une des premières motivations de cette thèse. Son hypothèse centrale repose sur l’idée qu’il est au contraire intéressant d’aborder un sujet comme celui-ci à condition cependant d’opérer une rupture par rapport à un mode traditionnel d’étude. Notre double pari scientifique consiste à imaginer qu’en se focalisant sur l’EAD tel qu’il est pratiqué dans une institution éducative donnée, on peut, d’une part mettre en évidence, des phénomènes propres à mieux appr2hender certains des fonctionnements de cette institution et, d’autre part, sortir la question de la place des outils de communication dans la société du carcan des théories de l’innovation dans lequel elle est généralement enfermée. C’est en cherchant à comprendre pourquoi l’EAD s’est peu développé dans les universités françaises alors que celles-ci ont souvent été des pionnières en la matière que nous mettons en évidence des fonctionnements de l’université française et la façon dont les pratiques et des outils de communication ont pu perdurer, s’impose un temps ou disparaître très vite d’un ensemble d’activités pédagogiques conçues pour les étudiants se trouvant à distance des campus universitaires.

  • Titre traduit

    Distance learning in the french university system between 1947 and 2004 : the real challenges


  • Résumé

    Judging from the works of some experts and researches, distance learning, is supposedly impossible to define. The refusal to admit that a social reality-however obviously present both in discourse and practice-could become impossible to define and even unthinkable-was one of the strongest motivations for this PhD. Its central hypothesis rests on the idea that it is on the contrary worthy of interest to deal with such a subject, provided it is approached from a fresh angle, breaking away from traditional studies. Our scientific bet is twofold; it consists in imagining that by focusing on distance learning as it is operated within a given educational institution, it is possible on the one hand to highlight features that will help apprehend some the workings of that particular institution, and on the other hand to release the question of the place of communication tools within society from the shackles of innovation theories in which it is generally kept. It is therefore by trying to understand why distance learning is comparatively poorly developed in French Universities-despite the fact that they were often pioneers in that field in the past- that we shall bring, to the fore some workings of French higher education and the way certain communication tools lasted, emerged for a while or on the contrary disappeared quickly from a set of learning material devised for those students away from campuses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (593 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 469-477

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2007 075
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.