La chevelure féminine dans la littérature médiévale : contribution à l'analyse des stéréotypes

par Myriam Rolland-Perrin

Thèse de doctorat en Langue, littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Michelle Szkilnik.


  • Résumé

    La chevelure est un attribut féminin sur lequel le poète médiéval aime à s’attarder, qu’il en condamne la blanche décrépitude, la maligne rousseur, l’inquiétante noirceur ou le répugnant hirsutisme ou, plus fréquemment, qu’il en vante la beauté. Cet éloge s’exprime notamment grâce à un rapprochement récurrent entre la lumineuse couleur des cheveux et l’or, selon des formulations proches mais jamais identiques. Cerner au niveau de la phrase le mode de fonctionnement de ces stéréotypes linguistiques et leur éventuelle remotivation par le contexte diégétique permet de saisir leurs multiples variations et d’appréhender la poétique propre à chaque auteur. De même, la longueur, qui à la fin du Moyen Âge supplante la blondeur comme emblème de la beauté capillaire, est dite en des termes récurrents qui suggèrent l’image d’une chevelure-vêtement. Au niveau plus large du paragraphe, la chevelure constitue l’élément central d’épisodes variés : elle est malmenée voire arrachée en signe d’affliction, coupée pour signifier la soumission à un ordre supérieur, tirée en guise d’humiliante punition mais aussi amoureusement donnée ou langoureusement coiffée. Il s’agit donc de mettre en évidence l’organisation des constituants de ces stéréotypes narratifs afin d’en repérer les transpositions. Des œuvres entières – ou de longs fragments – ont pour soubassement un des stéréotypes précédemment évoqués qu’elles amplifient à l’extrême de sorte qu’ils deviennent le ressort de l’intrigue. Du long cheveu d’Iseut qui lance la quête de Tristan à la manipulatrice héroïne du fabliau Les Tresces, en passant par le fil d’or de Soredamor et l’adoration idolâtre d’une poignée de cheveux de la reine par Lancelot, la relecture de ces textes à travers le prisme de la chevelure révèle la perception d’une féminité puissante, parfois menaçante, et interroge sur le processus d’engendrement de l’écriture.

  • Titre traduit

    Women's hair in medieval French literature : a contribution to the analysis of stereotypes


  • Résumé

    Hair is a feminine attribute which the medieval poet likes to depict. He condemns its white decrepitude, malicious redness, its repulsive blackness or its repugnant tangles but more frequently, he praises its beauty. The luminous colour of the hair is repeatedly compared to gold, in endless and subtle variations on the same theme. The study of these linguistic stereotypes in their grammatical and literary contexts allows us to comprehend their multiple variations and their place in each author's work. In the same way, length of hair, which by the end of the Middle Ages has replaced blondness as the emblem of beauty, is evoked repeatedly in ways that suggest that hair is seen as clothing. At the larger level of the paragraph, hair constitutes a central element in various episodes: it is mistreated or pulled as a sign of affliction, cut to signify submission to a higher order, pulled as a humiliating punishment, but also given as a sign of love or languorously combed. The point here is to show how these stereotypes work in order to perceive how they are manipulated. Whole works or long fragments have such stereotypes as underpinnings, which they amplify in such a way as to make them pivotal. From Iseut's long hair, which launches Tristan's quest, to the manipulative heroine of Les Tresces, not to mention the golden thread of the Soredamor or Lancelot's adulation of a handful of Queen Guinevere's hair, rereading these texts through the prism of these stereotypes reveals an image of powerful and sometimes dangerous femininity and raises interesting questions about the process of engendering writing.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Publications de l'Université de Provence à Aix-en-Provence

Blonde comme l'or : la chevelure féminine au Moyen âge


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (637 p., 40 f..)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 592-632. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9714
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Publications de l'Université de Provence à Aix-en-Provence

Informations

  • Sous le titre : Blonde comme l'or : la chevelure féminine au Moyen âge
  • Dans la collection : Sénéfiance , 57 , 0339-1752
  • Détails : 1 vol. (363 p.)
  • ISBN : 978-2-85399-734-8
  • Annexes : Bibliogr. p. [347]-359. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.