La doctrine ordolibérale et la politique économique allemande de 1948 à 1966

par Laurence Simonin

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de François Seurot.

Soutenue en 1999

à Nancy 2 .


  • Résumé

    La littérature sur l'ordolibéralisme souligne que l'école de fribourg, qui lui a donné naissance, se structure autour de la notion de système économique, défini comme un ensemble ordonné d'institutions ; l'information analytique sur les systèmes économiques apparait alors comme un input dans le processus du choix institutionnel. Mais peu d'auteurs se sont intéressés aux fondements analytiques de l'économie normative ordolibérale et à l'influence de cette dernière en RFA sur une période de croissance économique. L’ordolibéralisme de l'école de fribourg procède-t-il d'un pur jugement de valeur ou d'un programme d'analyse économique ? Quel est le lien, entre l'analyse économique positive de l'école de fribourg et l'économie normative ordolibérale ? Faut-il distinguer une première génération d'ordolibéraux portée sur l'analyse économique positive, et une seconde, préoccupée par la constitution d'une économie normative ? Jusqu’à quel point cette économie normative ordolibérale a-t-elle pu influencer la réalité économique allemande, et particulièrement la politique économique, sur une période de croissance économique, celle de 1948 à 1966 ? Cette étude propose donc une réflexion sur la cohérence de la pensée ordolibérale confrontée à la cohérence de la politique économique dont les principaux animateurs étaient des ordolibéraux. Pour étudier la question centrale de la nature du lien entre l'analyse économique positive de l'école de fribourg, l'économie normative ordolibérale- et l'influence de cette dernière sur la réalité économique allemande, la thèse met en évidence le noyau analytique de la doctrine ordolibérale, ou le fonds commun de la théorie de l'ordo. Dans ce cadre, la thèse pose deux hypothèses de travail. Premièrement, l'économie normative ordolibérale s'appuie sur un corps d'économie positive étendu, celui de l'école de fribourg, qui traite des systèmes et institutions économiques. L’ordolibéralisme ne résulte pas d'un pur jugement de valeur, mais de réflexions positives dont il n'est pas indépendant mais la continuation logique. Deuxièmement, la thèse pose comme postulat l'existence implicite, à partir ; des écrits ordolibéraux, d'un modèle de fonctionnement d'une économie en reconstruction ; ou en croissance économique. Ce modèle est confronté à la réalité des faits économiques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (327 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 336 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?