Le couple Triticum aestivum/Erysiphe (= Blumeria) graminis f. Sp. Tritici : induction de la résistance acquise, incidences sur la composition lipidique

par Jérôme Muchembled

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Phytopathologie

Sous la direction de Michel Sancholle.

Soutenue en 1999

à Littoral , en partenariat avec Laboratoire de mycologie, phytopathologie, environnement (Calais, Pas-de-Calais) (laboratoire) .


  • Résumé

    L'oïdium du blé est une maladie cryptogamique causée par Erysiphe graminis f. Sp. Tritici (Egt). L’infection des feuilles conduit à des pertes de rendement en grains relativement important. La lutte contre cet agent pathogène passe par l’épandage de fongicides, ce qui peut conduire à des problèmes environnementaux. Nous avons recherché des substances biologiques ou des composés chimiques non toxiques capables d’éliciter les défenses naturelles de la plante. L’association de ces substances avec des fongicides pourrait permettre d’en diminuer les doses pour une protection identique. Après la mise au point d’un protocole fiable d’évaluation de la contamination, nous avons testé lors de traitement préventif plusieurs substances potentiellement élicitrices. Des fractions non purifiées (broyats foliaires de blé ou de spores d’Egt, hydrolysat acide du mycélium de Septora nodorum) et des produits purifiés (β cyclodextrine, tréhalose et salicylyl heptanoate) ont été expérimentées. Hormis la β cyclodextrine, tous les produits ont conféré une bonne protection (30 à 90%). Ils sont tous inefficaces lors de traitement curatif. Certains de ces produits ont été testés quant à leur capacité à éliciter l’activité d’une enzyme : la Phenylalanine Ammonia Lyase (PAL). La PAL intervient non seulement dans la réaction de lignification, mécanisme de défense du blé, mais aussi dans la synthèse de l’acide salicylique ou de phytoalexines, autres métabolites intervenant dans les défenses des plantes. La PAL peut donc être considérée comme un bon marqueur des réactions d’élicitation. Les conidies d’Egt, le tréhalose et l’hydrolysat du mycélium de Septoria nodorum sont capables d’induire son activité de manière différente. Les capacités du tréhalose et du salicylyl heptanoate à induire des modifications du métabolisme lipidique chez le couple ont été étudiées. Il a d’abord fallut déterminer la composition en acides gras et en stérols de chacun des protagonistes. S’il s’avère que la composition en acides gras des feuilles de blé est relativement classique (par ordre d’importance, C16 :0, C18 :1, C18 :0, C18 :2 et C18 :3) ; des acides gras particuliers à très longues chaînes ont été identifiés chez les conidies d’Egt (de C12 à C24). Notons la présence de deux acides gras particuliers identifiés par CG-MS, les C22 :0 et C24 :0 méthoxydés en position β. La question qui se pose est de savoir si ces molécules sont naturellement présentes dans les conidies ou s’il s’agit d’acides gras qui se méthoxylent au cours de l’extraction. La question n’est pas complètement élucidée. La composition en stérols de feuilles de blé montre la prédominance du sitostérol puis du 24-méthylcholestérol, de l’isofucostérol et du stigmastérol. Chez les conidies, nous avons montré que les stérols majoritaires étaient le 24-méthylènecholestérol et le 24-éthylcholestérol. Cependant, nous avons montré que les proportions relatives des stérols et des acides gras variaient considérablement avec l’âge des conidies. Le 24-méthylènecholestérol et les acides gras à très longues chaînes sont les lipides prédominants de conidies âgées tandis que le 24-éthylcholestérol et les acides gras à courtes chaînes sont les lipides majoritaires de conidies jeunes. Les conidies produites sur les plantes traitées par le salicylyl heptanoate présentent des modifications importantes de leur proportion relative en acides gras et en stérols tandis que les feuilles traitées n’en présentent pas. Ces modifications sont similaires à celles observées en fonction de l’âge des conidies.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (152 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 132-152 (244 ref.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université du Littoral-Côte d'Opale (Calais, Pas-de-Calais). Bibliothèque. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université du Littoral-Côte d'Opale (Calais, Pas-de-Calais). Bibliothèque. Section Sciences.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1999DUNK0027
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.