La fin de la philosophie dans l'oeuvre de Hegel

par Wael Ghali

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Bernard Bourgeois.

Soutenue en 1996

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le but principal des recherches sur "la fin de la philosophie dans l'œuvre de Hegel" est de résoudre ce problème précis : comment concevoir le cours de la philosophie comme un développement rigoureusement dialectique sans véritable "fin-terme", et concevoir, dans le même temps, une "fin-but" de la philosophie, qui suppose, en son essence, l'existence, même imaginaire, d'une "fin-terme"? Dans son œuvre, Hegel distingue trois moments selon lesquels est exposée l'unité inséparable spéculative du but de la philosophie et sa réalisation. Dans un premier temps, le moment du processus téléologique de la philosophie, la fin est identifiée au désir du jeune Hegel, à son développement et à son accomplissement dans la religion. Dans un deuxième temps, le moment de l'optimisme gnoséologique hégélien, la fin est identifiée a la mort de la philosophie dans son effectuation temporelle. Dans un troisième temps, le moment du fondement de la philosophie, la fin est identifiée au commencement en mouvement de la philosophie. Enfin, le travail conclut au besoin réflexif de la philosophie.

  • Titre traduit

    The end of philosophy in Hegel's work


  • Résumé

    The main mark of research in "the end of philosophy in Hegel's work" is to settle this presise problem : how can we admit that the becoming of philosophy is a dialectical development in the strict sens of the word "dialectical", without "end-death", and admit, at the same time, a "end-mark", which suppose, in its essence, the existence, all the same, a "end-death"? In his work, Hegel organise three moments according to which the inseparable and speculative unity of philosophy's mark and its realisation is seted out. At first time, the moment of teleological proces of philosophy, the end is identified to young hegel desir, to its development and its realisation in religion. At second time, the moment of Hegelian gnoseological optimism, the end is identified with philosophy's death in its realisation in time. At third time, the moment of philosophy's fundament, the end is identified with the transition from philosophy's mark to philosophy's death and reciprocalment. Finally, the research conclude that the philosophy is a reflexiv necessity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (617 p.)
  • Notes : Thèse non reproduite

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.