L´alchimie et la transmission du savoir de l´Occident latin en Bohême et en Europe Centrale (XIVe – XVe siècle

par Zdenko Vozar

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Nicolas Weill-Parot.

Thèses en préparation à Paris Est en cotutelle avec l'Université Charles à Prague , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec Centre de recherche en histoire européenne comparée (Créteil) (laboratoire) depuis le 30-10-2013 .


  • Résumé

    Dans mon projet, je veux approfondir notre connaissance et notre réflexion sur la place de la magie à la fin du Moyen Âge en Europe centrale. Il s´agit d´un phénomène complexe, que je propose d´analyser sous trois angles fondamentaux. Le premier : du point de vue de l'histoire de la transmission du savoir occulte avec l'analyse du contenu de ce savoir, en dépassant l'horizon de mon mémoire de master. Je proposerai l'étude de leur composition et l'interprétation de leur contenu théorique et rituel. En outre, il serait très utile de faire une édition de quelques textes encore inédits. Dans la deuxième partie de la même question, je voudrais examiner les principes mêmes de leur transmission à partir des frontières de la chrétienté vers l'Europe centrale. Grâce au milieu des cours princières, des universités et de l´Église, des contacts directs et indirects stimulèrent l'échange intellectuel avec la Péninsule ibérique, le milieu français, le sud de l'Italie et la Sicile, et Byzance. Je me concentrerai aussi sur la transmission et l´échange entre les pays de la région de l´Europe centrale : de la Bohême vers la Hongrie, la Pologne, l'Autriche, et les territoires du Saint Empire romain. Le deuxième angle de la perspective générale analyse la bataille spécifique dans le domaine du savoir relatif à la magie et au discours que l'on tient sur elle : les questions de délimitations normatives de la magie, sa place dans l'imagination et son statut dans la rationalité. La magie ou si l'on peut dire sa discursivité - ce sujet, qui a toujours exigé la délimitation discursive dans les domaines en contact, a pour caractéristique d'être toujours étroitement lié à des domaines traditionnels comme le pouvoir politique, la science et la religion, domaines, qui subirent des mutations profondes, liées aux phénomènes économiques et sociaux dans les temps turbulents du Moyen Âge tardif. Cela est visible dans les changements politiques et religieux profonds de la Bohême. On peut observer cette problématique dans les textes du « Cercle de Prague » - c´est ainsi que Mikołaj Olszewski a appelé le groupe spécifique de l'université de Prague - qui aurait eu une influence importante en dehors de la Bohême. La révolution hussite avec sa polémique originale peut également contribuer à l'analyse de la discursivité de la magie dans les échanges historiques. Le troisième point consiste à montrer comment l'exercice de la légitimation, de la sacralisation et de la représentation du pouvoir royal et divin a pu transformer la question de la magie en pratique esthétique et flamboyante. La question ainsi posée prend une importance à la fois anthropologique et historique. Je suis donc très intéressé par la place que la magie occupe entre la dévotion et le pouvoir royal (et l'exercice de la justice royale). L'essence des changements des métaphores demeure visible dans la représentation de la sacralité du roi même. Par exemple, le rituel de l'exorcisme attribué par un auteur inconnu à Charles IV (sans que nous nous préoccupions de la justesse de cette attribution) apporte un nouveau point de vue sur la sensibilité publique au pouvoir royal. Aprés l'époque de Charles IV, on peut observer, que l'exercice et la représentation du pouvoir et de la dévotion prend des connotations plus eschatologiques et ritualistes chez Wenceslas IV. Le rapport de Sigismond Ier de Luxembourg à la magie savante et à la dévotion est plus complexe. On peut aussi observer les changements dans le contexte d'exercice de la justice royale sur les cas magiques et hérétiques. Par l'analyse des sources primaires, par la comparaison avec le milieu français et occidental, par l'analyse des transferts et des délimitations intellectuels, par l'analyse de la discursivité de la magie et de la dévotion dans le contexte de la sacralité, on pourra en définitive mieux comprendre la situation particulière en Bohême et en Europe centrale, ainsi que la forme et la position de la magie à cette époque turbulente. Dans son ensemble, le projet peut contribuer à la réflexion historique en apportant des éclairages nouveaux aux thèmes essentiels de la médiévistique occidentale.

  • Titre traduit

    Alchemy and Transmission of Knowledge of the Occident latin to Bohemia and Central Europe (14th - 15th century)


  • Résumé

    In my project I would increase our knowledge and reflexion on the place of the magic in the end of the middle ages in central Europe. It is complex phenomene, which I would analyse from the three different perspectives: Transmission of the occult knowledge, principles of the transmission itself, from the extraliminal lands to through Occident to Central Europe and thirdly its hardest point - the essence of the discursivity, which is native to the magic, perspirating to all other domains, like social structures, science, politic power, justice and sacred kinship and religion - domains which however were not at all static, but were changing profoundly - what is especially visible during the hussite revolution. With analysis of this components we could penetrate the enigma of learned magic and occult knowledge more profoundly in the epoch of fundamental changes in the Central European, also as Occidental cultural and intellectual horizon.