Modélisation de la biocapacité et de l'empreinte écologique sur l'Y Grenoblois

par Julien Alapetite

Projet de thèse en Sciences de Gestion_ UPMF

Sous la direction de Denis Dupre.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de Sciences de gestion , en partenariat avec Centre d'Etudes et de Recherches appliquées à la gestion (laboratoire) depuis le 01-01-2009 .


  • Résumé

    L'objectif de la thèse est de concevoir une méthodologie de calcul et de simulation de l'empreinte écologique d'un territoire, comme outil d'aide à la décision dans le cadre de politiques publiques. Le projet se divise en trois parties, empreinte écologique et biocapacité d'un territoire, modélisation et simulation de ces deux indicateurs, et évaluation de l'impact des politiques publiques sur l'empreinte écologique. Empreinte écologique et biocapacité: Ces deux concepts sont issus du système comptable de l'empreinte écologique développé dans les années 90 dont l'unité de compte est l'hectare biologiquement productif. Partant de l'hypothèse que nos économies sont dépendantes de l'activité photosynthétique des surfaces terrestres et aquatiques, ce système comptable cherche à mesurer sur une aire géographique donnée (municipale, régionale, nationale, mondiale...), la biomasse utilisée annuellement (exprimée en surfaces bioproductives) pour produire ce que nous consommons (l'empreinte écologique) et la comparer avec la capacité de ce territoire à régénérer annuellement de la biomasse (la biocapacité). La comparaison de ces deux indices nous donne une indication sur la soutenabilité de l'activité économique, à l'échelle observée. Dans le cadre de ce projet, il est proposé de reprendre et de développer une méthodologie opérationnelle pour calculer ces indices localement, et de l'appliquer au cas du territoire de l'Y Grenoblois. Modélisation et simulation des deux indices:Au delà du calcul de l'empreinte et de la biocapacité, basé sur les statistiques annuelles, il est proposé de se projeter dans le futur afin d'observer comment ces indices évoluent. Dans ce cas, les données utilisées pour calculer les indices ne sont plus des données réelles mais des données simulées à partir de modèles intégrant l'économie et l'environnement et produisant des scénarii d'évolution des populations, de l'industrie, de l'agriculture, des modes de transports etc... A cette fin, nous utiliserons un outil de modélisation des systèmes complexes appelé "Dynamique des systèmes"1 qui permet d'une part une formalisation mathématique des phénomènes étudiés et d'autre part qui nous fournit un "language" qui permet la communication des résultats à des décideurs sous la forme plus narrative des scénarii. Evaluation de l'impact des politiques publiques sur l'empreinte écologique:Dans ce projet nous intégrerons les outils disponibles de politiques publiques, fiscalité, réglementation, aménagement du territoire, etc ... avec nos modèles. Plus précisément les politiques publiques seront reliés à des variables de contrôle du modèle. En faisant varier ces variables de contrôle politique, il sera possible d'évaluer leur impact sur l'empreinte écologique et la biocapacité. Par exemple dans le cas de l'agglomération Grenobloise nous pourrons évaluer l'impact d'un projet comme la Rocade Nord en terme d'empreinte écologique. Un outil pour la planification écologique:L'objectif de ce projet est d'aider à la gestion du territoire si l'on définit la gestion à la manière de J.W Forrester comme le processus de transformation de l'information en action. Ici l'information utilisable est produite à partir de nos modèles et du système comptable de l'empreinte écologique à des fins d'évaluer ou même de concevoir des politiques publiques locales pour agir sur l'avenir du territoire dans un objectif de soutenabilité.

  • Titre traduit

    Modelisation of Biocapacity and Ecological Footprint in the region of Grenoble


  • Pas de résumé disponible.