Cadre de vie, santé et mobilité active : proposition d'une charpente théorique à visée opérationnelle. Application au département du Bas-Rhin (France)

par Franck Hess

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Christophe Enaux et de Christiane Weber.

Thèses en préparation à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Sciences de la Terre et Environnement (Strasbourg ; 2000) depuis le 23-10-2013 .


  • Résumé

    Les plans-santé mis en place à différents niveaux témoignent aujourd’hui de l’importance accordée par les collectivités aux problèmes de santé. Le regain d’intérêt observé dans des champs disciplinaires variés peut s’expliquer par l’augmentation progressive du nombre de décès engendrés par des maladies non-transmissibles, liées en partie à des déterminants variés tels que l’environnement ou le mode de vie des individus. Les pathologies liées à la sédentarité, quatrième facteur de risque de mortalité à l’échelle mondiale selon l’Organisation mondiale de la Santé, font l’objet de mesures préventives directement auprès des populations, mais leur impact peut s’avérer limité au regard des déterminants cités ci-dessus. Les modes de vie actuels, à la fois causes et conséquences des politiques de développement urbain et des choix d’urbanisme, inclinent à réduire l’activité physique lors des activités quotidiennes (sédentaires, dispersées, et souvent éloignées du domicile), ou des déplacements (effectués en majeure partie avec des modes motorisés). Dans une optique de santé publique, on peut donc se questionner sur la place de l’activité physique en ville, et sur les moyens à mettre en œuvre pour inciter les populations à exercer un niveau d’activité recommandé au niveau médical. Le travail de recherche envisagé repose sur la mise en relation des comportements de mobilité et de l’organisation spatiotemporelle des activités quotidiennes dans le but d’aider à la compréhension des facteurs déterminants pour l’activité physique. Il s’agira notamment de proposer une intégration des problématiques liées à l’activité physique aux politiques d’aménagement tendant vers un urbanisme durable et d’étudier le potentiel des trames vertes urbaines pour la pratique d’activités de loisirs et pour les déplacements quotidiens effectués à l’aide de modes actifs. Les travaux réalisés dans le cadre du mémoire de Master 2 pourront servir de base à l’étude puisque ce dernier est consacré à la mise en évidence de la structure relationnelle des facteurs influençant la pratique d'activité physique. L’utilisation de données issues des Enquêtes Ménages Déplacements pourrait s’avérer utile pour la compréhension des comportements de mobilité. Les équipements sportifs pourront quant à eux être localisés grâce au « recensement des équipements sportifs, espaces et sites de pratiques (RES) » du Ministère des Sports. Une telle étude passe cependant par la prise en compte des représentations associées à la ville, et particulièrement de la valeur affective que les individus attachent aux lieux et du sentiment de bien-être qu’ils y éprouvent. On peut en effet émettre l’hypothèse que ces dimensions jouent un rôle important dans le choix des modes de transport, dans le choix d’itinéraires, ainsi que dans le choix des lieux et des modes de réalisation des activités. Ces dimensions devront alors faire l’objet d’enquêtes. A terme, il s’agira de proposer un nouvel angle d’étude de l’activité physique. Tout l’enjeu sera de tenir compte à la fois des exigences urbanistiques actuelles et des préférences des populations en matière de mobilité et de lieux d’activités. Ce dernier point semble essentiel pour faciliter ultérieurement l’accroissement spontané de l’usage des modes de transport actif et la pratique d’activités impliquant un effort physique significatif, et conduisant ainsi à une amélioration de l’état de santé des populations. Les résultats de l’étude permettront donc de préciser les connaissances sur les interrelations entre le niveau d’activité physique des individus, leurs activités et leur espace de vie. La compréhension de ces interrelations est, selon nos hypothèses, essentielle à la construction d’une ville durable.


  • Pas de résumé disponible.