Processus tectoniques versus controles climatiques durant le Quaternaire - Erosion récente et taux d'exhumation.

par Zakaria Ghazoui

Projet de thèse en Sciences de la Terre et de l'Univers et de l'Environnement

Sous la direction de Peter Van der beek.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec Renard Centre of Marine Geology (Université de Gand-Belgique) , dans le cadre de Terre, Univers, Environnement , en partenariat avec Institut des Sciences de la Terre (laboratoire) depuis le 01-09-2013 .


  • Résumé

    Ce projet tendait à reconstruire l'histoire érosive de l'ouest du Népal et de tenter de comprendre qui du climat ou de la tectonique influence conséquemment l'érosion. Suite à la découverte, au sein des carottes sédimentaire, d'une turbidite que nous avons pu lier au tremblement de terre de Magnitude 8,2 de 1505 AD (synchronicité de l'événement au sein de deux bassins du lac Rara) nous avons pu affirmer que les autres turbidites présente étaient d'origine sismique. Pour la première fois nous pouvons prouver géologiquement l'impact du tremblement de terre de 1505 AD ayant affecté l'ouest du Népal, ayant constitué à ce jour une incertitude géologique. Nous avons pu également mettre en évidence 7 nouveaux tremblements de terre d'une magnitude supérieurs à 7 sur l'échelle modifié de Mercalli. Leurs présences suspectées (Murphy et al. 2013) étaient un sujet à controverse. Ces avancées ont un impact fondamental au niveau de l'évaluation du risque sismique de l'ouest Népal. Ayant été considéré jusqu'à présent comme une zone calme, nous démontrons que l'ouest Népal est tout aussi actif que le centre. Nous étayons et corroborons également l'étude de Murphy et al selon laquelle le système de failles Ouest-Népal serait une structure de première ordre et couplé à la MFT. L'ensemble de ces découvertes de premier ordre a pu voir le jour grâce à l'utilisation de lacs et en diminuant le facteur d'erreur sur les datations au C-14. De part leurs qualités de conservation des archives sédimentaires, ils constituent un outil de choix en paléosismologie et leurs études constituent une première en paléosismologie au Népal. En s'attelant à dater des restes de feuilles plutôt que d'utiliser des fragments de charbon comme cela est fait au niveau des études de tranché, nous avons pu réduire significativement l'erreur sur la datation au C-14.

  • Titre traduit

    Tectonic vs. climatic control on Quaternary – Recent erosion and exhumation rates


  • Résumé

    According to historical records, the last large earthquake that ruptured the Main Frontal Thrust (MFT) in western Nepal occurred in 1505 AD. Since then, no evidence of other large earthquakes has been found in historical records or geological archives. In view of the catastrophic consequences to millions of inhabitants of Nepal and northern India, intense efforts currently focus on improving our understanding of past earthquake activity and complement the historical data on Himalayan earthquakes. Here we report a new record, based on earthquake-triggered turbidites in lakes. We use lake sediment records from Lake Rara, western Nepal, to reconstruct the occurrence of seismic events. The sediment cores were studied using a multi-proxy approach combining radiocarbon and 210Pb chronologies, physical properties (X-ray computerized axial tomography scan, Geotek multi-sensor core logger), high-resolution grain size, inorganic geochemistry (major elements by ITRAX XRF core scanning) and bulk organic geochemistry (C, N concentrations and stable isotopes). We identified several sequences of dense and layered fine sand mainly composed of mica, which we interpret as earthquake-triggered turbidites. Our results suggest the presence of a synchronous event between the two lake sites correlated with the well-known 1505 AD earthquake. In addition, our sediment records reveal five earthquake-triggered turbidites younger than the 1505 AD event. By comparison with historical archives, we relate one of those to the 1833 AD MFT rupture. The others may reflect successive ruptures of the Western Nepal Fault System. Our study sheds light on events that have not been recorded in historical chronicles. Those five MMI>7 earthquakes permit addressing the problem of missing slip on the MFT in western Nepal and reevaluating the risk of a large earthquake affecting western Nepal and North India.