Le temps du voyage : rythmes et perceptions du temps dans les pratiques du voyages en Europe entre Lumières et romantisme (1750-1850)

par Grégoire Besson

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Gilles Bertrand.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes (ComUE) , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire Universitaire Histoire Culture(s) Italie Europe (laboratoire) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    L'objectif de cette thèse est d'analyser l'articulation entre temps et mobilités dans le contexte des évolutions plus ou moins brutales que subit l'Europe entre le milieu du XVIIIe et celui du XIXe siècle. L'étude se base sur l'analyse de voyages, plus précisément sur l'examen d'émotions et de perceptions ressenties par une centaine de voyageurs de nationalités différentes et de conditions sociales variées à travers l'Europe. Dans le contexte de l'industrialisation du vieux monde qui entraîne une modification profonde des sociétés et notamment des temps sociaux, nous proposons une archéologie des temporalités modernes du voyage. Après avoir déjoué les pièges de l'écriture de soi dans le récit de voyage pour appréhender au plus près les émotions vécues par les voyageurs, il sera question d'étudier l'évolution des cadres du voyage, c'est-à-dire les transports. De la voiture hippomobile à la révolution de la vapeur à partir des années 1830, la vitesse des déplacements augmente considérablement en quelques dizaines d'années. Conjointement à l'évolution des conceptions esthétiques et philosophiques, à l'image du passage des Lumières au romantisme, la perception de l'environnement et des paysages procure des émotions nouvelles aux voyageurs. Le recours aux guides de voyage étant quasi systématique, l'étude de ces ouvrages met en lumière les modèles temporels viatiques et leurs mutations, parallèlement aux pratiques de voyage qui tendent vers le tourisme moderne. Toutes ces évolutions politiques, techniques, culturelles et sociales aboutissent à une modernisation de l'Europe entre le milieu du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle. Cette modernisation se caractérise notamment par une évolution des temporalités sociales, dont les temporalités plus spécifiques du voyage, vers plus de précision, de rationalisation et une conscience du temps accrue

  • Titre traduit

    The time of travel : rhythms and perceptions of time during the practice of travel in Europe between Enlightenment and romanticism (1750-1850)


  • Résumé

    The purpose of this thesis is to analyse the articulation between time and mobility in the context of the more or less brutal evolutions that Europe underwent between the middle of the 18th and the 19th centuries. The study is based on the analysis of travels, more precisely on the examination of emotions and perceptions felt by a hundred travellers of different nationalities and social conditions across Europe. In the context of the industrialisation of the old world, which is leading to a profound change in societies and in particular in social times, we propose an archaeology of the modern temporalities of travel. After having overcome the obstacles of self-writing in the travel narrative to understand as closely as possible the emotions experienced by travellers, it will be necessary to study the evolution of travel frameworks : the transport. From the horse-drawn carriage to the steam revolution from the 1830s onwards, the speed of travel increased considerably in a few decades. In conjunction with the evolution of aesthetic and philosophical conceptions, such as the transition from the Enlightenment to Romanticism, the perception of the environment and landscapes brings new emotions to travellers. As the use of travel guides is almost systematic, the study of these books highlights viatical temporal models and their mutations, in parallel with travel practices that tend towards modern tourism. All these political, technical, cultural and social developments led to a modernisation of Europe between the mid-18th and mid-19th centuries. This modernization is characterized in particular by an evolution of social temporalities, including the more specific temporalities of travel, towards more precision, rationalization and an increased awareness of time.