Nutrition et bien commun. La construction d'un nouveau modèle d'action publique

par Clementina Giorgetti Diaz (Sebillotte)

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Armand Hatchuel.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de EOS - Économie, Organisations, Société , en partenariat avec Centre de Gestion Scientifique (laboratoire) et de École nationale supérieure des mines (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2007 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse, en étudiant empiriquement la manière dont l'État construit son intervention politique sur les questions nutritionnelles, se propose d'analyser et de comprendre comment l'État agit et se transforme pour intervenir sur des objets complexes. Parmi ces objets, la nutrition présente des caractéristiques nouvelles. Elle concerne les individus dans leur vie domestique, voire intime, et touche leurs décisions sur leurs choix personnels. Simultanément, elle a des répercussions (économiques, de santé publique, etc.) sur l'ensemble de la population. La nutrition vient challenger encore le paradigme en devenir de l'existence d'une sphère spécifique d'intervention étatique, à côté d'une sphère privée, domaine exclusif de la libre initiative individuelle. L'État est ainsi confronté à la fois à la nécessité d'innover dans ses méthodes d'intervention pour gérer la frontière public-privé et au défi de se construire une légitimité pour justifier son intervention. Le programme national nutrition santé (PNNS) mis en place en France depuis 2001, mobilise de nouveaux dispositifs d'intervention politique faisant appel à une diversité d'instruments, dont des accords volontaires novateurs qui invitent à réviser les théories classiques sur ce type d'approches. Ce traitement que l'action publique fait de la nutrition met également à l'épreuve la notion de bien commun. Cette nouveauté est la réponse à des questions différentes, que l'action publique traite différemment. L'objet de notre recherche, la question générale à laquelle nous cherchons à répondre est de comprendre qu'est-ce qu'a de particulier l'intervention de l'État sur la question nutritionnelle : sommes-nous face à un nouveau modèle d'action publique ?

  • Titre traduit

    Nutrition and the Common Good. The Construction of a New Public Action Model


  • Résumé

    Within the nutritional policy implemented in France since 2001 (French National Nutrition and Health Program, known as the PNNS), new objects and new targets, as well as a wide diversity of innovative policy instruments have appeared and present a challenge to the government's traditional intervention strategies. The government, via the PNNS does not preclude the set of instruments already known and used by the public authorities. Instead, it extends it: to original voluntary agreements; to the mobilization of stakeholders' networks and the creation of new stakeholders; to an educational, training- and culture-oriented approach by enhancing its visibility in numerous situations and interactions of the daily life of individuals and communities; to a research action; etc. The purpose of our research, the general question we seek to answer is: are we facing a new model of public action?