Les relations intergroupes, interethniques, intercommunautaires dans un pays pluriculturel : les Créoles et les autres à l'Ile Maurice

par Marie-sylvie Maurer (George-molland)

Projet de thèse en Etudes anglophones

Sous la direction de Susanne Foglar ép. berthier.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de Langues, Littératures et Sciences Humaines , en partenariat avec CEMRA - Centre d'études sur les modes de la représentation anglophone (laboratoire) depuis le 01-09-2009 .


  • Résumé

    L'évocation de l'Ile Maurice fait rêver : ses couleurs « arc-en-ciel », ses plages paradisiaques et sa population accueillante sont bien connues dans le monde. Cette thèse se propose de dépasser l'image idyllique que nous avons de cette île, pour nous concentrer sur la vie quotidienne de ses habitants, plus spécifiquement sur les relations sociales qu'entretiennent les Créoles avec les autres groupes en présence. Nous tentons d'identifier et d'expliquer les raisons pour lesquelles une certaine catégorie de Créoles est particulièrement touchée par la pauvreté et les discriminations, ce qui entraîne des fléaux tels que la prostitution, la drogue, l'alcoolisme, la violence domestique, le viol, les enfants des rues et les grossesses précoces. Après avoir rappelé les différentes phases de peuplement de l'île Maurice, nous nous penchons sur les notions, parfois controversées, de « race », couleur, mondialisation, regard et perception, pour essayer de comprendre les relations assez conflictuelles entre les différentes communautés, notamment entre les Créoles et les Hindous. Nous émettons l'hypothèse selon laquelle le passé historique lié à l'esclavage, avec la déshumanisation dont ont été victimes les ancêtres d'un certain nombre de Créoles, continue de peser encore aujourd'hui sur leurs descendants. À travers des études de cas, des interviews et des observations, nous analysons les limites dans les relations interethniques, intergroupes et intercommunautaires, prenant en compte les particularités de chaque groupe afin de savoir dans quelle mesure certains peuvent être qualifié d'ethnie, de communauté ou simplement de groupe. Le résultat de nos recherches sur le terrain nous montre que différentes formes de discrimination sont exercées contre les Créoles et qu'elles sont dues essentiellement au verrouillage exercé par les Hindous, les seuls véritables détenteurs des rênes politiques locales, en plus, bien entendu des riches Blancs et des riche Chinois. Nous observons cependant que les Créoles semblent enfin commencer à accepter leur identité, ce qui est de bon augure, en vue de l'acquisition progressive d'une autonomisation impliquant un détachement par rapport aux ex-esclavagistes, les Blancs.

  • Titre traduit

    Intergroup, Interethnicity, intercommunity relations in a Multicultural Country: The Creoles and the other groups in Mauritius.


  • Résumé

    The word Mauritius sounds like a dream with its world famous rainbow colours everywhere, its white-sand beaches and its friendly people. This thesis proposes to go beyond the idyllic image that we have of this island, to focus on the daily life of its inhabitants, more specifically on the social relationships among the Creoles with other groups involved. We try to identify and explain the reasons why a certain class of Creoles is particularly affected by poverty and discrimination, which leads to evils such as prostitution, drugs, alcoholism, domestic violence, rape, street children and teenage pregnancy. After recalling the different phases of settlement in Mauritius, we focus on some controversial concepts such as, "race", colour, globalisation, gaze and perception, to understand the rather conflicting relations among the different communities, especially between Creoles and Hindus. We hypothesise that the historical past associated to slavery, the dehumanisation some groups of Creoles' ancestors underwent, are still weighing on their descendants. Through case studies, interviews and observations, we analyse the limits in inter-ethnic and inter-community relations, taking into account to what extent each can be seen as ethnic group, community or group. The results of our field research shows that different forms of discrimination are exercised against the Creoles and are mainly due to oppressed by the Hindus, the only true owners of local political power along with the rich Whites and the rich Chinese. However, we observe that the Creoles seem finally to accept their identity, which is auspicious for the gradual acquisition of empowerment involving detachment from the former white slave-owners.