Une administration vue par en bas au XVIIIe siècle : La Provence et ses assemblées représentatives

par Ekaterina Martemyanova

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Mireille Touzery et de Mireille Touzery.

Thèses en préparation à Paris Est en cotutelle avec l'Université Lomonossov , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés , en partenariat avec CRHEC - Centre de recherche en histoire européenne comparée (laboratoire) depuis le 23-09-2013 .


  • Résumé

    L'administration provinciale et plus largement la question du rapport entre Paris et la province est crucial dans le cadre de la France qui constitue dans l'historiographie le modèle des états centralisés. Au demeurant, l'administration antérieure à la Révolution a sans doute été mieux organisée qu'on ne veut bien le reconnaître et il reste à définir plus précisément la nature de l'administration d'Ancien Régime. Sur le plan historiographique, à partir des années 2000, l'accent est porté sur les provinces elles-mêmes, en une approche par le bas, et en premier sur les pays d'état où fonctionnaient des organes particuliers qui participaient à la gestion provinciale. À bien les comparer, les pays d'états, et parmi eux la Bretagne, la Bourgogne, la Flandres, l'Artois et la Provence se distinguaient nettement des pays d'élection où le poids de la centralisation royale était plus sensible. La Provence en particulier, par son statut de comté royal, possédait un régime fiscal spécifique Notre projet de recherche s'intéresse à la gestion du royaume, directement vue par en bas. L'abondante correspondance laissée par Mgr de Boisgelin, président de l'Assemblée de Provence, pour les années 1770-1790, permet cette étude Son activité, ses relations, sa culture politique tournée vers les réformes, sur lesquelles il se tient informé, apparaissent à travers la correspondance qu'il a entretenue et dont une partie importante (réunie en onze volumes) nous est parvenue. Ces volumes sont conservés moitié en France et moitié en Russie. L'importance des destructions révolutionnaires pour les archives de cette période fait des documents conservés à Moscou une source particulièrement précieuse. En effet, les historiens spécialistes du XVIIIe siècle ne disposent pas d'une documentation très riche sur la période des années 70 en Provence; ce qui est fâcheux, étant donné l'importance de cette période pré-révolutionnaire. De plus, cette correspondance permet de dépasser très efficacement les approches institutionnelles classiques du fonctionnement de l'administration sous la monarchie. Elle donne en effet à voir en même temps les aspects officiels et non officiels de la vie administrative. Par sa nature, cette source donne à interroger l'histoire locale. Mais ceci n'est pas le seul propos du projet présent. Dans une perspective plus large, mon enquête est utile pour explorer de façon générale des rapports de pouvoir verticaux et horizontaux aux différents niveaux de l'appareil administratif. Soulignons que, dans cette perspective, l'étude de la correspondance Boisgelin ne se suffit pas à elle seule. Elle implique, pour sa contextualisation, pour l'identification de tous les correspondants, de recourir à d'autres fonds d'archives situés à Paris (Bibliothèque nationale, Archives de France, bibliothèque Ste Geneviève, bibliothèque Mazarine, de l'Arsenal). En ce qui concerne les dossiers des Archives Nationales, la série H qui regroupe les archives du conseil du roi concernant les pays d'états est une mine inépuisable. A Aix, aux archives départementales, on trouve aussi les papiers des procureurs de la Provence, collègues de Mgr de Boisgelin en sein de l'Assemblée des communautés, qui conduisent aussi une réflexion sur les rapports de leur province avec le pouvoir central. Toujours à Aix, à la bibliothèque Méjanes, on complétera la documentation par les archives de l'assemblée du clergé de Provence, que présidait Boisgelin, comme archevêque d'Aix.

  • Titre traduit

    Administration Viewed from Below in the 18th century : Provence and Its Represenative Assemblies


  • Résumé

    The aim of my research project is to contribute to actual reflections and revisions about absolutism by exploring precisely the relationship between Versailles and the General Assembly of communities of Provence, south-eastern province of France. During last decades, a considerable revision has been realised on the subject of provincial representative institutions in France. Provence's General Assembly also seems to be a very representative example. While most of historians have traditionally looked at official central government documents to give an image of the assembly role in supporting royal centralization in the province, the actual role of the General Assembly in administering the province has been almost totally neglected. My research proposes to study the administration of Provence in the second half of the 18th century, in particular by exploring the manuscript correspondence of Mgr de Boisgelin (1732-1804), president of the General Assembly, which I have found in Moscow (4 volumes) and in Paris (5 volumes). His correspondence, and the sources kept in the French National Archives (series H1, 1182-13621), offers a unique opportunity to fill the historiographical gap in his career (1770-1789) and to examine the paradoxes of administrative mechanisms in France during this decisive period of the Ancien Régime. I will examine the efficiency of administrative initiatives in Provence conducted during his period in office, completing my research by abundant documentary material located in the National Archives, the archives of Bouches-du-Rhône, the Natinal Libruary, Méjanes Libruary.