L'animation et la création artistique : le langage de l'animation au cœur des expériences plastiques de l'art contemporain

par Joan manuel Vargas

Projet de thèse en Arts

Sous la direction de Giusy Pisano.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec LISAA - Littératures Savoirs et Arts (laboratoire) depuis le 01-11-2010 .


  • Résumé

    L'animation et les autres arts Bien du temps s'est écoulé depuis les premières recherches sur le mouvement menées par Muybridge et Marey à la fin du XIXème siècle qui ont ouvert de nouveaux chemins d'exploration pour la science et l'art. L'intérêt constant de ces deux scientifiques pour la capture du mouvement fut un des déclencheurs de l'expérience cinématographique qui a été particulièrement féconde sur plus d'un siècle. Afin de structurer l'abondante production filmique, on a établi une longue liste de genres cinématographiques qui classe par catégorie chaque film selon une grande variété de facteurs comme, par exemple, le type de format utilisé pour saisir les images. C'est en raison du type de format que l'on attribue à l'animation une catégorie parmi les nombreux genres dans lesquels la “prise de vue réelle” domine de manière prépondérante. Mais on oublie trop facilement que la prise de vue réelle implique des acteurs en chair et en os et qu'elle n'est qu'un des versants de l'expérience cinématographique. Depuis longtemps, l'animation a contribué à susciter de nouvelles conceptions et de nouvelles réflexions sur l'image mobile . De même, on oublie souvent que l'animation a fait appel à une large gamme de supports et qu'elle s'est ouverte aux nouvelles possibilités techniques propres à chaque génération. Depuis le praxinoscope d'Émile Reynaud, en passant par les Flip books jusqu'aux nouvelles technologies digitales, tous ces supports se fondent sur une fusion de savoirs scientifiques, artistiques et récréatifs. On peut même trouver cette proximité entre les savoirs dans des déclarations comme celle d'Henri Langlois qui considérait qu'Emile Cohl avait fait inconsciemment de l'art moderne . L'art a, pour sa part, connu la même fascination pour le mouvement à des époques différentes, manifestée dans la diversité des expériences esthétiques. On peut le constater dans la production artistique du XXème siècle, dans les œuvres des artistes futuristes, en passant par les jeux de mouvement dans les œuvres d'Alexander Calder ou de Frank Stella ou encore dans les explorations artistiques de divers artistes contemporains de ce début du XXIème siècle, comme Laurent Grasso ou William Latham, qui ont abordé l'animation en tant que moyen et sujet. Ma recherche se concentrera sur la relation entre l'art contemporain et l'animation qui n'ont cessé de s'observer l'un l'autre, de se refléter mutuellement, de se combiner, de s'hybrider, parfois jusqu'à l'indiscernable. Telle est la nature de l'animation ; elle est, avant tout, un langage visuel difficile à décrire et à isoler des autres médias. La diversité d'éléments plastiques utilisés dans l'animation encourage les approches interdisciplinaires et les incursions dans d'autres champs esthétiques. C'est pourquoi nous allons voir ce que les artistes cherchent en utilisant l'animation dans leurs œuvres. Le mouvement, est-il un facteur essentiel dans la création artistique de ce nouveau siècle? Le mouvement A travers un phénomène qui est toujours présent et indivisible, l'art, comme l'animation, s'intéressent au paradigme du mouvement et de l'image. Car si le mouvement est une réalité physique dans le monde extérieur, l'image est une réalité psychique dans la conscience. Len Lye offre une vision de l'artiste où « le mouvement est le résultat d'un sentiment de forte différence entre une chose et d'autres choses. Le mouvement est toujours une chose partant d'autres choses, il ne va pas vers d'autres choses. Et le résultat du mouvement est le fait d'être distinct d'autres choses : le résultat de mouvement est la forme. » La forme est le résultat de cette manifestation du mouvement que l'on appelle animation, qui laisse supposer l'absence d'âme vivante dans le fixe. Mouvement, image, temps : Une première partie de notre recherche proposera une typologie structurée de tous ces sujets partagés par les domaines de l'animation et de l'art. Ces enjeux conceptuels, esthétiques et symboliques seront les fondements d'une analyse de la manière dont le langage de l'animation a été intégré à l'art. Par conséquent, ce projet sera une réflexion sur les expériences esthétiques produites par la rencontre de ces deux langages visuels. A travers certains réalisateurs et artistes contemporains, nous allons comprendre les relations, les tensions, les ruptures et les continuités entre la création artistique et le langage de l'animation. En effet, l'animation mérite d'être revisitée dans la perspective de l'art qui l'incorpore et étend ses possibilités d'expression, en quelque sorte limitées par la vision classique de la cinématographie. De fait, on tend à considérer l'animation comme un sous-produit du cinéma, sans tenir compte du support de création et d'exhibition, qu'il s'agisse de la peinture, de la gravure ou de la sculpture ; alors, peut-on considérer l'animation comme une espèce d'hypermédia dans la mesure où elle inclut la diversité des différents arts visuels? Ma recherche, en s'appuyant sur l'examen détaillé de nombreuses pièces et démarches d'artistes, se focalisera sur des questions qui traversent tout le champ des interactions et des interrelations entre l'animation et l'art contemporain. Cette étude se propose, entre autres, d'analyser la manière dont le spectateur réagit face à une œuvre dans laquelle on inclut l'animation ; l'art, a-t-il besoin d'entraîner le spectateur dans une expérience temporaire ? Nous allons aussi étudier l'impact du langage de l'animation sur la perception des œuvres analysées et, finalement, nous réfléchirons sur le rôle de l'animateur du point de vue de l'art.

  • Titre traduit

    Animation and artistic creation: animation language at contemporary arts' experiences


  • Pas de résumé disponible.