Le Collège de l'Europe libre : Une opération de guerre psychologique américaine menée en France à l'égard de la jeunesse des pays communistes de l'Europe de l'Est (1948-1958)

par Veronika Hornyik (Durin hornyik)

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Fabienne Bock.


  • Résumé

    Après la Seconde Guerre mondiale, la guerre psychologique (termes interchangeables avec les termes de « guerre politique ») a été l'outil principalement utilisé par les États-Unis, afin de tenter de remporter la guerre froide contre les Soviétiques, sans recourir à une confrontation militaire directe. Définie sous l'angle de la politique de sécurité nationale, elle englobait des actions variées ‒ tant clandestines que publiques ‒ qui ont été menées sur les cinq continents du monde, par le biais d'un financement secret du gouvernement américain, sans compromettre la responsabilité de ce dernier. En Europe, la stratégie américaine était de renforcer le bloc occidental et de refouler le pouvoir communiste derrière le Rideau de fer. Afin de préparer la libération des pays satellites, une opération consistant à former de jeunes réfugiés d'Europe de l'Est a été mise en place. Le but était qu'ils deviennent de futurs cadres, destinés à mettre en place la démocratie dans leur pays d'origine en cas d'effondrement du bloc soviétique. Cette charge est revenue à l'institution appelée Free Europe University in Exile, située à New York, ainsi qu'à son centre d'études situé à Strasbourg-Robertsau, le Collège de l'Europe libre. Les deux établissements ont été fondés en 1951. Après sept ans d'existence, leurs responsables américains ont toutefois décidé de les fermer. Leur histoire illustre quelle a été la stratégie américaine à l'égard des pays satellites de l'URSS ainsi que les changements intervenus dans les relations franco-américaines au cours de la première décennie de la guerre froide.

  • Titre traduit

    Free Europe University in Exile: An American Psychological Warfare Operation Targeting Youths from Soviet Satellite States in France, 1948-1958


  • Résumé

    In the aftermath of World War 2, psychological warfare was the United States' principal weapon in the Cold War against the USSR to “win the Third World War without having to fight it”. Psychological warfare (also called political warfare) included a large scale of actions, defined by Council of National Security and run covertly by governmental organizations on five continents. In Europe, American strategy consisted in reinforcing the Western bloc while rolling back Communist power behind the Iron Curtain. In order to prepare the liberation of satellite countries from Soviet control, one of these operations aimed at forming future leaders among Eastern European refugees who were supposed to return to their homelands upon liberation to introduce democracy. For this purpose, the Free Europe University in Exile, Inc. located in New York and its study center called the Collège de l'Europe libre (Free Europe College) situated in Strasbourg-Robertsau, France, were created. Both institutions were founded in 1951 but were phased out after seven years of operation. Their history illustrates the US strategy towards Soviet satellite countries and French-American relations during the first decade of the Cold War.