Voisiner avec le roi en Ile-de-France, années 1670-1789

par Marie Dufraisse

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Jean-françois Dubost.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec CRHEC - Centre de recherche en histoire européenne comparée (laboratoire) depuis le 13-12-2012 .


  • Résumé

    Au début des années 1670, Louis XIV choisit Versailles comme résidence permanente, faisant ainsi aboutir la tendance à la sédentarisation de la cour amorcée depuis François Ier. Cette sédentarité est cependant toute relative : jusqu'à la Révolution, la cour continue en effet à séjourner de manière régulière, et pour une durée variable, dans un petit nombre de résidences royales situées pour leur très grande majorité en Île-de-France, et dont les riverains deviennent de fait les « voisins » du roi. Qu'implique ce voisinage royal ? De l'avis commun des sociologues, des juristes et des historiens qui abordent la question, le « voisinage » est une notion difficile à définir. Tout d'abord, parce que le terme lui-même est ambigu et englobe plusieurs réalités. Le voisinage est à la fois un espace, un groupe social, et un système de relations complexe pouvant aller de l'entente voire de l'assistance mutuelle, à la dépendance ou au conflit. Le « voisinage » est également difficile à définir car il est entouré d'une forte dimension subjective. D'où une série de questionnements : comment délimiter le voisinage royal ? Qui se perçoit ou est perçu comme le « voisin » du roi ? « Voisiner avec le roi » revêt-il, pour les personnes concernées, la même signification ? Attendent-ils quelque chose de ce voisinage (un emploi, des avantages, qu'il s'agisse d'exemptions fiscales ou de droits d'usage) ? Le voisinage avec le roi relève-t-il d'un choix (on s'installe dans une localité parce que la cour y réside) ? Ou au contraire ce voisinage est-il subi (on vivait dans la localité concerné avant que le roi ne décide d'y établir sa résidence) ? L'étude que je me propose de réaliser s'efforcera d'intégrer ces différents questionnements. Elle portera sur les domaines de Versailles, Marly, Fontainebleau, Compiègne et Choisy, sélection définie sur la base du critère de la régularité des séjours de la cour dans ces résidences. Elle s'appuiera pour une large part sur les archives de la Maison du Roi (sous-série O1 des Archives nationales) et des Domaines (sous-série Q1). Elle s'appuiera également sur les actes du pouvoir souverain (série A des Archives départementales), sur les papiers des Capitaineries de chasse, des Maîtrises des Eaux et Forêts et des Cours et Juridictions (série B des Archives départementales), sur les papiers du clergé séculier et des fabriques (série G et G supplément des Archives départementales), et ceux du clergé régulier (série H des Archives départementales). Enfin, l'étude s'appuiera sur des sources imprimées en nombre plus restreint : éditions de cahiers de doléances, almanachs, mémoires et journaux, à l'instar du Journal de Police de Pierre Narbonne, commissaire de police à Versailles.

  • Titre traduit

    Living at the neighbourhood of the King, 1670s-1789


  • Résumé

    For centuries, kings of France purchased a very large land and house property patrimony. After the creation of Versailles at the end of the seventeenth century, the French Court fixes its residence in a limited number of honoured places, among which Fontainebleau, Marly, Compiègne and Choisy-le-Roi. Between the royal Court and the inhabitants of these places, “neighbourhood relations” become to spread, set on the necessity of sharing a same space: the crown land and its surroundings. What does living at the neighbourhood of their king mean for an individual or a social group in Ancien-Régime France? Are they considered as 'neighbours' of the king? Do they consider themselves so? Do they choose to be 'neighbours' of the king,or do they have to endure it? Based from the documentation of the “Archives nationales” (O1 “Maison du roi” and Q1 “Domaines”), from the documentation of the “Archives départementales” (judiciary documents...), and from published sources (memoirs, diaries, and “cahiers de doléances”), this study intends to bring to light and explain the sociability phenomena and relations between the King of France and individuals or social groups shared by the privilege of being his “closest neighbours”. Versailles, Fontainebleau, Marly, Compiègne, Choisy will be in the heart of the study.