Quels indicateurs pour la détection précoce de la défaillance : le cas des PME en France.

par Asma Marouani

Thèse de doctorat en Science de gestion

Sous la direction de Annie Bellier-Delienne.

Thèses en préparation à Cergy-Pontoise , dans le cadre de ED EM2P - Economie, Management, Mathématiques et Physique , en partenariat avec Théorie économique, modélisation et applications (laboratoire) depuis le 06-10-2011 .


  • Résumé

    Contexte de la recherche : Actualités : crise financière, contexte de recherche de capitaux difficile voire de rationnement de crédit pour les PME, mise en place de Bâle 3. Le domaine de gestion des risque n’a rien de récent mais ne cesse de relever de nouveaux défis tant que l’économie subit la foudre des crises financières et économiques (crise des subprimes, crise de la zone euros…). La gestion de risque de crédit est un débat qui s’impose, donc, de plus en plus et accompagne, dès lors que les banques et les institutions spécialisées de notations échouent à apprécier les risque, les directives internationales (Bâle 2, et récemment Bâle 3), européennes et françaises. En France, plus de 75% des entreprises sont des PME et les problématiques liées au rationnement de crédit et au financement de ces PME ont raison de faire écouler de l’encre. En effet, la nécessité de mieux contrôler le risque de crédit dans les banques a conduit à l’intensification des travaux de credit scoring notamment pour les PME auquelles les mesures de financement sont des plus contraignantes. La méthodologie d’appréciation des risques diffère d’un pays à un autre, d’une institution à une autre mais également varie selon les variables retenues. Le présent projet de recherche a l’ambition d’élargir le spectre des méthodologies de modélisation du risque de crédit des PME et du credit scoring. Une meilleure connaissance des PME et l’appréciation de leur risque devraient conduire à améliorer très significativement leur recherche de capitaux. Des transactions, aussi bien financières que commerciales, ne se nouent pas faute d’informations fines, fiables et reconnues sur le risque de ces PME. La finalité de ce travail est de fournir aux acteurs économiques des outils permettant de mieux connaître les petites et moyennes entreprises (PME), c’est-à-dire de fluidifier les échanges d’informations, de capitaux et commerciaux entre les PME et ses partenaires, notamment des créditeurs potentiels. L’asymétrie d’informations entre créditeurs et PME est une des causes de rationnement crédit, aussi les résultats de ces travaux de recherche doivent permettre d’offrir au marché, tant les établissements de crédit de taille modeste que les grandes entreprises souhaitant engager une relation commerciale, une évaluation multidimensionnelle innovante du risque de crédit des PME.

  • Titre traduit

    Which indicators as early warnings of corporate deficiency ? : the case of French SMEs


  • Résumé

    This dissertation offers complementary analysis to financial ones regarding the early prediction of Small and Medium Enterprises (SMEs) failure. Three dimensions have to be considered in estimating the SME credit risk, when financial data are unavailable. The first dimension is behavioral. The data related to the payment behavior of SMEs would be early-warning signals of their deficiency. The second dimension relates to the legal context. The intermediate states that occur before the judicial liquidation would predict a severe financial distress. Finally, the macroeconomic dimension deems to measure the impact of any economic change on SME’s credit risk. Furthermore, the methodological approaches are different for each of the three studies. We adopted a logistic regression in the first paper, a survival analysis in the second chapter and finally a macroeconomic model in the last one.