À la recherche du Dasein féminin : Sexe, technique, et génération

par Jill Drouillard

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Jean-Michel Besnier.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) depuis le 29-11-2011 .


  • Résumé

    La recherche du Dasein féminin est une enquête sur la relation symbiotique entre la femme et son environnement comme il se déroule durant une certaine période de l'histoire. En postulant l'existence d'une temporalité féminine particulière et d'une manière féminine d'être-au-monde, ce projet conteste la vision de Martin Heidegger selon laquelle le Dasein, dans sa neutralité, n'est d'aucun sexe. En commençant par souligner que la lacune de sa philosophie repose dans son incapacité à aborder le problème de la sexualité comme différence ontologique, ce projet fait appel à différents philosophes, notablement de la tradition féministe anglo-saxonne, afin de caractériser l'unique façon d'être de la femme. Dans la mesure où notre contact avec l'environnement est de plus en plus mêlé aux questions de la technique, je questionne la relation particulière de la femme à celle-ci, et spécialement à la technique reproductive qui marque de façon prégnante l'association historique des femmes à la « nature ». En m'appuyant sur la philosophie de L'Etre, de l’art, et de la technique de Heidegger, ainsi que sur différents penseurs de disciplines variées, j'esquisse une existence qui est singulier au féminin.

  • Titre traduit

    In search of female Dasein: Sex, technology, and generation


  • Résumé

    The search for female Dasein is an inquiry into the symbiotic relationship between woman and her environment as it unfolds during a certain historical time. In postulating the existence of a particular female temporality and a feminine way of being-in-the-world, this project contests Martin Heidegger’s view that Dasein in its neutrality is neither of the two sexes. Beginning with the insight that the gap in his philosophy lies in his failure to address the issue of sexuality as an ontological difference, this project draws from diverse philosophers, particularly from the feminist Anglo-Saxon tradition to characterize woman’s unique way of being. Insofar as our engagement with the environment is increasingly entangled with questions of the technological, I ask whether woman has a particular relationship with technology, specifically reproductive technology where her historical association with « nature » becomes especially salient. Reading Heidegger’s philosophy of Being, art, and technology in conjunction with different thinkers across various disciplines, I sketch out an existence that is particularly feminine.