Le loisir cinématographique en Moselle durant l’annexion nazie : de l’instrument de propagande au divertissement populaire

par Anthony Rescigno

Projet de thèse en Arts

Sous la direction de Fabrice Montebello.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) depuis le 20-09-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour but d’identifier et d’analyser la consommation de films dans le contexte politique, culturelle et linguistique de la Moselle annexée, entre 1940 et 1944. Le but est de déterminer l’influence et les enjeux de ce loisir en tant qu’instrument de propagande et divertissement populaire. Le cinéma étant considéré comme un fait social et culturel, l’étude de la consommation de films permet d’éclairer sous un jour nouveau les relations entre politique et culture au temps de l’annexion allemande. En effet, dans l’historiographie française, on considère souvent les films comme des archives susceptibles de révéler la vision du monde des groupes de personnes ou des sociétés qui les ont créés, au lieu de les observer comme des objets historiques et de restituer leurs conditions de production, de distribution et de consommation. Ici, pour établir une relation entre le cinéma et la société, l’analyse de la réception des films est essentielle. Nous procéderons donc à la reconstitution de la programmation des salles de cinéma en Moselle à partir du dépouillement de la presse régionale, d’archives locales et d’entretiens avec les derniers témoins de l’époque. Le but est d’identifier à partir de l’observation du loisir cinématographique les formes d’hégémonie culturelle allemande qui s’imposent aux populations de la Moselle annexée, indépendamment des actions politiques répressives, de la contrainte, de la violence ou des opérations de propagande et de contrôle de l’opinion publique. Les films allemands favorisent-ils le développement d’une sensibilité locale qui participe à son tour de cette hégémonie ?


  • Pas de résumé disponible.