Les sociétés amérindiennes des Petites Antilles XVIe-XVIIe siècles.

par Benoît Roux

Projet de thèse en Lettres et Sciences Humaines - SHS

Sous la direction de Bernard Grunberg.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (HABITER) Espace Politique et aménagement (laboratoire) depuis le 15-12-2008 .


  • Résumé

    Caribes, Caraïbes, Callínagos ou quelque soit le nom donné aux populations amérindiennes qui occupent les Petites Antilles à l'arrivée des Européens à la fin du XVe siècle et jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, on s'étonnera sans doute qu'aucun spécialiste ne se soit encore attaché à les étudier en tant que telles. En effet, si nous concédons qu'il existe quelques rares ouvrages qui se sont lancés dans des synthèses ou la publication de sources sur ces Indiens, force est de constater que nous sommes encore très loin des exigences scientifiques inhérentes aux travaux de recherches. Un examen plus rigoureux et critique des sources d'archives (France, Espagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Mexique) des chroniques et des relations de voyages permettra, à n'en pas douter, de préciser et de rectifier une vision assez superficielle et souvent erronée de ces sociétés amérindiennes ainsi que des relations qu'elles entretiennent tant avec les autres Indiens qu'avec les Européens. Le choix du temps long apparaît alors comme le seul cadre chronologique possible pour mener à bien nos recherches. Notre projet de thèse se place également dans une optique pluridisciplinaire, au carrefour de l'histoire, de l'archéologie et de l'ethnologie afin de repenser ces sociétés dans toute leur complexité, leur pluralité et leur globalité. L'apport de l'archéologie caribéenne, discipline en plein renouveau, sera évidemment essentiel pour notre compréhension de la culture matérielle de ces sociétés, de leur organisation spatiale, des échanges de biens ou d'idées et des mobilités humaines au sein de l'aire caribéenne et pan-caribéenne. Quant à l'ethnologie, notamment amazonienne, elle permettra certainement d'éclairer sous un jour nouveau les passages les plus sibyllins des sources ethnohistoriques des XVe-XVIIe siècles. Enfin ce travail s'inscrit pleinement dans le cadre du programme de recherche ANR-CSA 2008-2011 dont l'unité scientifique partenaire principal est l'EA 2616 (CERHIC) de l'Université de Reims - Champagne-Ardenne.

  • Titre traduit

    The amerindian societies of the Lesser Antilles (16th-17th centuries).


  • Pas de résumé disponible.