Les diplomaties africaines à l'épreuve de la communication

par Moumini Tiegnan

Projet de thèse en Droit public - SHS

Sous la direction de Renaud De la brosse.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CRDT) Centre de Recherche sur la Décentralisation Territoriale (laboratoire) depuis le 24-02-2011 .


  • Résumé

    De très nombreux pays africains, à défaut de moyens de puissance, ont couramment recours à la diplomatie malgré des limites que cela présente. Il faut noter que l'Afrique n'est pas audible au plan international ; cependant, ses dirigeants ne perdent de vue la nécessité de défendre leurs nationaux ainsi que leurs intérêts. La preuve, c'est l'ouverture, à des degrés variables, de représentation diplomatique. Mieux encore, on recourt de façon plus ou moins récurrente aux services de personnalités en dehors de la diplomatie classique. D'autres Etats vont plus loin en ayant recours à des services étrangers notamment des agences de communication des pays du nord avec pour mandat de rendre ou de vendre une meilleure image du pays. Dès lors, on se demanderait ce que deviendrait tous ces agents et services diplomatiques des différents pays africains. A ce défi, s'ajouterait celui du développement sans précédent des médias des moyens d'information et de communication, qui rendent caduque certaines pratiques diplomatiques. En réponse, on ne peut aucunement laisser prospérer, n'est-ce reste que de façon infime, l'idée, d'une substitution de la fonction du diplomate africain tant son rôle et sa place sont encore confirmés dans le concert des nations. Une des perspectives réside, pour les Etats africains, dans leur aptitude à initier une nouvelle et dynamique diplomatie axée sur une maîtrise parfaite de la communication

  • Titre traduit

    African diplomacies facing communication


  • Pas de résumé disponible.