La formation des policiers en France - Impact et résonance des politiques de sécurité sur les professionnalités policières en France de 1960 à aujourd'hui.

par Jean-michel Schlosser

Projet de thèse en Lettres et Sciences Humaines - SHS

Sous la direction de Françoise Laot.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole Doctorale Sciences de l'Homme et de la Société , en partenariat avec (CEREP) - Centre d'Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (laboratoire) depuis le 11-12-2012 .


  • Résumé

    A travers l'histoire des institutions de formation, de leur constitution, de leur fonctionnement et de leur évolution, comment se traduisent en termes de formation les politiques publiques de sécurité ? Pourquoi et comment influent-elles, plus ou moins directement, par leur impact et leur résonance sur les différentes professionnalités policières constituées par leurs métiers spécifiques ? Les missions régaliennes de la police, constitutives du métier de policier, sont au nombre de quatre : lutte contre la délinquance visant les personnes et les biens, maintien et/ou rétablissement de l'ordre public, renseignement et enfin protection des institutions et lutte contre les atteintes à la souveraineté nationale. Mais elles couvrent toutefois un nombre très important d'activités qui regroupent en réalité autant de métiers différents, et donc de formes de professionnalisations différentes. A ce jour, les différents travaux et recherches sur les institutions policières en France concernent exclusivement les activités de police à travers les disciplines historiques et sociologiques, et tentent de porter un regard sur le fonctionnement des services et la sociologie des policiers en règle générale. Peu de travaux se sont jusqu'à présent intéressés aux structures et aux politiques de formation des policiers, à travers les grandes réformes et les mouvements de fonds ayant considérablement modifié le paysage de l'activité policière depuis une vingtaine d'années. Il s'agit donc de développer le principe et la mise en œuvre de la formation initiale et des formations continues à destination des trois corps de policiers servant dans les services actifs opérationnels, à savoir le corps des commissaires, celui des officiers (anciennement Inspecteurs et Officiers de Paix), et enfin celui des gradés et gardiens de la paix. Il con vient d'étudier également comment se sont créées les différentes écoles de police et comment elles ont évoluées au fil du temps : évolution des méthodes pédagogiques de formation mais aussi adaptation des enseignements et des formations professionnelles aux nouvelles contraintes sociétales. Ce regard historique doit faire l'inventaire des grandes périodes de références que sont, : la guerre d'Algérie, les évènements de mai 68, la naissance de la formation continue, l'alternance droite/gauche, l'avènement de la police scientifique et des NTIC, le concept de police de proximité, les conflits des politiques de sécurité, le principe de professionnalisation policière, les grandes orientations stratégiques de formation et notamment l'élaboration des schémas directeurs successifs de la formation. Autant d'évènements marquants pour la formation qui ont entrainé à la suite de substantielles modifications dans l'exercice du métier. A l'inverse, ledit exercice du métier, confronté aux évolutions sociétales, a en retour également impulsé une nouvelle façon d'envisager la formation. L'étude précise des systèmes de formation devrait permettre de définir exactement ce que ces systèmes recouvrent en termes de fond comme de forme. L'étude détaillée de la ou des adéquations existantes entre les politiques de sécurité et les programmes de formation doit permettre de répondre à plusieurs questions : - Y a-t-il réelle adéquation ou s'agit-il plus exactement d'une traduction, et comment cette dernière s'opère-t-elle entre un pouvoir politique et un pouvoir administratif qui se disputent souvent le rôle de sachant et de régulateur en matière de sécurité et d'ordre public ? - -Qui sont les acteurs réels de la formation et quelles sont leurs marges de manœuvres ? Ont-ils la possibilité d'influer sur la mise en œuvre des politiques de sécurité ou sont-ils juste une variable d'ajustement ? - Quelle est l'histoire et quel est le contexte sociologique et pédagogique qui entoure la fonction de formateur dans la police nationale ? Il est intéressant également de porter un regard sur les différences notables qui continuent d'exister en matière de formation entre la Préfecture de Police de Paris (qualifiée souvent d'Etat dans l'Etat), qui malgré l'unification de 1966 continue, y compris en matière de formation, à impulser sa propre politique locale et à mettre en œuvre sa propre stratégie de sécurité, et les autres services du Ministère de l'Intérieur. Enfin, il conviendra d'exposer le mythe qu'est le concept de socialisation policière, en démontrant que la transformation du métier ces dernières années a conduit à un éclatement du corps commun policier en plusieurs professionnalités distinctes, générant des socialisations par spécialités et non plus simplement par l'exercice d'un métier, fut-il aussi particulier dans la société. La méthodologie employée consistera tout d'abord dans le travail de recherche d'archives, la sélection et l'analyse des documents relatifs la recherche, notamment dans les structures de formation initiale des policiers (Ecoles). Elle sera enrichie par des entretiens réalisés auprès des décideurs des politiques ainsi mises en œuvre, mais aussi des accompagnateurs de la hiérarchie intermédiaire dans la formation. Le travail consistera en une recherche socio-historique, resituant l'histoire de la formation des policiers et sa mise en perspective avec les incidences sociologiques fortes qu'elle à pu avoir sur les pratiques policières plus spécialement au cours de ces trente dernières années.

  • Titre traduit

    A History of the Vocationnal Training of Police Forces in France. Impact and Conséquences of Governement's Policies in the Field of Law and Order on the Professionnal approach to Police Work in France from 1960 to the Present day


  • Résumé

    Through the history of training institutions, their creation, their operation and their evolution, how do public security policies translate into training terms ? Why and how do they influence, more or less directly by their impact and their resonance, the various police "professionnalities" as represented by their specific skills ? The regal missions of the police, which are part and parcel of the police officer's job, are fourfold : fight against delinquency aimed at persons and property, maintenance and/or re-establishment of public order, information and, finally, protection of the institutions and neutralization of the attacks against national sovereignty. However, these missions cover a significant number of activities consisting of many different "jobs", and thus different types of "professionalisations". Up to now, various works and research on police institutions in France have addressed exclusively the activities of the police force through historical and sociological disciplines ; such studies deal with the operation of the services and the sociology of police officers in general. Few studies have until now embraced the structures and the training policies for police officers through the major reforms and deep changes which have modified considerably the landscape of police activity for about twenty years. Therefore, the main point is how to appraise the principles and the implementation of initial training and vocational training dedicated to the three bodies of police officers working in the active operational services, namely the body of the chiefs of police (superintendants, constables, staff), that of officers (known previously as Inspectors and Officers of Peace), and finally that of senior and "rank and file" police officers. It is advisable to also study how the various police academies came into existence and how they have evolved over time: this concerns the evolution of the teaching methods of training but also how the educational contents and the various types of vocational training have adapted to new social constraints. This historical glance must list and analyze the great periods of reference, namely : the early training concepts in the police force, the birth of vocational training, the political change (right/left swing), the advent of forensic services and the NTIC, the concept of community-based policing, the conflicts between the security policies, the principle of police "professionalisation", the main strategic training organizations, notably the development of the strategic plans for training. These are major events in training policies, which have caused substantial modifications in the exercise of this profession. Conversely, the way police forces operate in real-life conditions, confronted with social evolutions, has induced a new way of appraising training methods. The specific study of the methods of training should make it possible to define exactly what they cover in terms of form and content. A detailed study of the current adequacies between security policies and training programs makes it possible to answer several questions : -Is there a real adequacy or is it more like a translation, and how does the latter deal with political power and administrative power, each claiming their preeminence over knowledge and regulation in matters of security and public ordern? - Who are the real actors in training and what is their room for manœuvre ? Can they influence the implementation of security policies or are they merely an adjustment variable ? - What is the history and what is the sociological and teaching context surrounding the function of trainer in the national police force ? It is also interesting to take a look the notable differences that still exist exist in matters of training between the Police headquarters of Paris (often viewed as a "state within the state"), which, in spite of their integration in 1966 continues to impel their own local policy and to implement its own policing strategy, and the other services of the Interior Ministry (Home Affairs). Lastly, it is advisable to re-appraise the myth of police socialization, by showing that the transformation of the profession in the last years has led to the partition of the police central body in various distinct professionnalities, thus generating socializations by specialities and no longer by the practice of a job, however unique its role is in society. The methodology employed will consist firstly in archival research, selection and analysis of the documents relevant to the study, in particular the structures providing initial training for police officers (schools). It will be enriched by interviews conducted with the decision makers of the policies thus put into practice, and with the officers of the mid-hierarchy in the training process. The study will consist of social history research, putting in perspective the history of the training of police officers and its relation with the strong sociological impact it has had on the practice of policing, especially over the last thirty years.