L'extradition politique en droit pénal malien

par Mohamed Kone

Projet de thèse en Droit public - SHS

Sous la direction de Marcel Sinkondo.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CRDT) Centre de Recherche sur la Décentralisation Territoriale (laboratoire) depuis le 10-01-2013 .


  • Résumé

    Le Mali s'étend sur un territoire vaste de 1241.000 km2, limité par les frontières de sept pays. En dépit des efforts de l'Etat pour assurer ses missions régaliennes, le contrôle du territoire n'est pas une entreprise aisée, en particulier dans la zone saharienne où les conditions d'accès sont particulièrement difficiles. Pour cette raison le développement de la criminalité transfrontalière prend un relief particulier au Mali, utilisé comme pays de transit pour les trafics de drogues, d'armes, de cigarettes, voire de migrants. Cette nouvelle forme de criminalité, l'émergence de mouvements terroristes, les problèmes de la corruption et de la fraude constituent autant de préoccupations pour l'Etat, déterminé à promouvoir la sécurité, la justice et le développement équilibré du pays. Face à des nouvelles menaces, convaincu, que seule une réponse globale, concertée et partagée est appropriée, le Mali s'est résolument engagé dans des coopérations bilatérales, régionales et internationales en matière de lutte contre la criminalité et d'extradition. Ces conventions soulèvent des problèmes juridiques essentiels quant à la compatibilité de l'extradition politique avec l'uniformisation du concept d'état de droit, de respect des droits de l'Homme et des libertés fondamentales.

  • Titre traduit

    Political extradition in Malian penal law


  • Résumé

    Mali has a huge territory, its surface is 1241,000km2, bordered with seven countries. Despite many attempts of the government to deal with its mainstream assignments, the security of its territory seems not to be an easy task, particularly in the Sahara area because access conditions are extremely difficult. For this reason, criminality rate on the borderlines has remarkably increased and has got difficult to deal with in Mali. Most of the times, its land is used as passage by narcotic, guns, cigarettes dealers and immigration as well. That new form of criminality, added to the spring of terrorist movements, corruption and fraudulence problems constitute lots of prerogatives outlined in the political agenda of the government. Therefore the government is still resolute to promote security, justice and maintain the economic balance. The government is still convinced that against those new threats, only a global consulted and shared measure is suitable. Therefore, Mali through its government is resolutely committed in bilateral, regional and international cooperation as far as fighting against criminality and extradition is concerned. Those conventions raise some essential juridical questions regarding the political extradition, compatibility with the standardization that is to say a country that fully respects its constitutional laws, Human Right and fundamental liberties as well.