La représentation de la nature dans l'Arcadie de Sir Philip Sidney.

par Andy Auckbur

Projet de thèse en Lettres et Sciences Humaines

Sous la direction de Christine Sukic.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CIRLEP) Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues Et la Pensée (laboratoire) depuis le 19-01-2011 .


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat portant sur la représentation de la nature dans l'Arcadie de Sir Philip Sidney a pour but d'analyser ce chef d'oeuvre de la Première Modernité de façon inédite. Certains critiques étudient aujourd'hui la littérature de la Première Modernité sous l'angle de ce que l'on considère être “l'éco-critique”. De telles études se concentrent sur la représentation (ou l'absence) de la nature dans des oeuvres de la période élisabéthaine ou jacobéenne telles que les pièces de Shakespeare ou les poèmes de Milton. Ainsi, pour certains commentateurs, les représentations littéraires de la nature au temps de Sidney résultent d'une prise de conscience environnementale suscitée par la dégradation de la nature causée, entre autres, par la combustion d'énergies fossiles alimentant l'expansion anglaise. Si l'on croit ces critiques, on pourrait alors envisager l'Arcadie de Sidney comme un contrepoint aux forces centrifuges animant la politique extérieure de l'Angleterre et à la dégradation de la terre natale. Cependant, une telle approche, entravée par un ancrage inextricable dans le temps et le lieu, ne semble pas rendre justice au génie créateur de l'auteur. Cette étude propose donc d'analyser Arcadia de Sidney en tant que “livre de la nature” - expression que j'emprunte à Michael Mack. Ainsi, dans une première partie j'analyserai les mécanismes qui animent l'écriture de la nature de Sidney et qui rendent compte d'un processus faisant émerger la nature depuis la page blanche à la page pleine. Ensuite, je me concentrerai sur les aspects narratifs et sur l'acte de lecture. Enfin, j'étudierai la nature en tant que mimesis secondaire, une oeuvre dans l'oeuvre.

  • Titre traduit

    The representation of nature in Sir Philip Sidney's Arcadia.


  • Résumé

    This doctoral thesis on the representation of nature in Sir Philip Sidney's Arcadia aims at analysing this masterpiece of Early Modern literature in an unprecented perspective. Modern scholars have recently started to deal with Early Modern literature in what is considered to be an “eco-critical” perspective. Their studies often focus on the representation (or absence) of nature in works of the Early Modern period such as the plays of Shakespeare of the poems of Milton. In so doing, it has been argued that the literature of the time of Sidney could have been influenced by a growing environmental awareness. According to some critics, such an awareness was triggered by a degradation of the environment caused by - among other things - the production of fossil-fueled energy which powered England's global expansion. Such a perspective would have us believe that Sidney's Arcadia was written as a reaction to the nation's centrifugal movement towards an outer new world and the degradation of the homeland. However, such an approach, based on the here-and-now, does not render justice to the genius and invention of its author. My approach intends to study Sidney's Arcadia as what Michael Mack calls “the whole book of nature”. Therefore, I will first analyse the mechanisms which define Sidney's writing of nature as starting from a blank page to one filled with signs. Secondly, I wil focus on narrative aspects and on the act of reading. Enventually, I will study how Sidney has conceived his representation of nature as artwork within a work of art, a secondary mimesis.