Le concept de cosmétopée a travers les usages traditionnels et les propriétés phytochimiques des ligneux de la polynésie française

par Jean-Luc Ansel

Thèse de doctorat en Chimie organique, minérale et industrielle

Sous la direction de Phila Raharivelomanana.

Thèses en préparation à Polynésie française , dans le cadre de École doctorale du Pacifique (ED469) depuis le 05-02-2013 .


  • Résumé

    La cosmétopée est définie comme le recensement des plantes et de leurs usages traditionnels destinés aux soins corporels et à la beauté. Une analyse bibliographique a mis en évidence, parmi les plantes ligneuses de la cosmétopée tropicale, les quatre familles les plus représentées concernant les allégations cosmétiques : Fabacées, Malvacées, Arécacées et Combrétacées. Les caractéristiques phytochimiques (composition chimique et activité biologique) des taxons les plus utilisés ont été présentées. Une étude de la cosmétopée polynésienne, par approche ethnobotanique respectant les règles de l’APA, a révélé la richesse des traditions marquisiennes, une proximité des usages médicinaux et cosmétiques des plantes mais un risque d’érosion des connaissances orales. Cocos nucifera constitue l’une des plantes très utilisées en tant qu’excipient (monoï) ou ingrédient actif des recettes recueillies. L’étude phytochimique de deux plantes de cette cosmétopée (Fitchia nutans, Calophyllum inophyllum) a été menée. L’extrait de feuilles de F. nutans contient majoritairement des dérivés du costunolide (dont le 15-isovaléroyldihydrocostunolide) et révèle une activité anti-âge sur les explants de peau (production de collagène et d’élastine). L’activité de l’huile de tamanu (C. inophyllum) sur la peau au niveau des cellules de kératinocytes et de fibroblastes, a montré des effets sur la cicatrisation, la prolifération cellulaire, la production de collagène et de glycosaminoglycanes. Ces effets sont attribués à la présence de produits actifs, les néoflavonoïdes, démontrés par la modulation d’expression des gènes impliqués dans les processus métaboliques des constituants de la peau.

  • Titre traduit

    Cosmetopoeia concept through traditionnal uses and phytochemical properties of woody plants from french polynesia


  • Résumé

    Cosmetopoeia consists on compilation network of plants and their traditional uses for bodycare and beauty regards. After a presentation of the state of the art on cosmetopoieia, a review on literature data on tropical trees used in traditional cosmetic revealed the four most cited families: Fabaceae, Malvaceae, Arecaceae and Combretaceae. Phytochemical characteristics (chemical composition, bioactivity) of some species in herbal cosmetics were reported. A first Polynesian cosmetopoeia study was realized from an ethnobotanical survey, conducted in respect of ABS rules and revealed a still strong traditional uses of cosmetic plants in Marquesas and a very close link between cosmetopoeia and pharmacopoeia. A risk of traditional knowledge loss of so orally transmitted data may occur if not recorded. Cocos nucifera was the most used species (from all recipes), as excipient (monoï) or active ingredient. Taken as example, phytochemical studies of two plants from Polynesian cosmetopoeia (Fitchia nutans, Calophyllum inophyllum) were performed. F. nutans leaves extract contained costunolide derivatives as main components (including 15-isovaleroyloxydihydrocostunolide) which effects on ex-vivo human skin contributed for its anti-ageing activity. Skin-active effect of tamanu (C. inophyllum) oil was investigated on skin cells (keratinocytes and dermal fibroblasts) showing: cell proliferation, glycosaminoglycan and collagen promotion and wound healing activity, which effects were due to bioactive constituents (neoflavonoids). Transcriptomic analysis on treated cells revealed gene expression modulation including genes involved in skin constituent metabolic process