Influences interpersonnelles. Comment les contextes structurent les opinions et les votes

par Julien Audemard

Thèse de doctorat en Science Politique

Sous la direction de Jean-Yves Dormagen.

Thèses en préparation à Montpellier 1 , dans le cadre de École doctorale Droit et science politique (Montpellier ; 2010-2014) , en partenariat avec CEPEL - Centre d'Etudes Politiques de l'Europe Latine (laboratoire) depuis le 29-10-2009 .


  • Résumé

    L’analyse des opinions s’est longtemps concentrée sur l’impact des déterminants sociaux pour se focaliser peu à peu sur les choix des acteurs. Peu de place ici pour l’analyse de l’interaction entre l’individu et la structure. Plus d’un siècle d’analyse sociologique nous a pourtant démontré la dialectique forte entre la volonté des acteurs, leurs préférences, et les caractéristiques de la structure dans laquelle ils évoluent. Le paradigme de l’influence interpersonnelle, développé par Paul Lazarsfeld et les membres de l’école de Columbia, depuis repris par les travaux de Robert Huckfeldt, reste largement minoritaire au Etats-Unis. A l’heure actuelle, il tend même à s’insérer davantage au sein du paradigme des choix rationnels. En France, les conclusions de The People’s Choice, Voting et Personal Influence ont longtemps été ignorées. C’est donc une approche interactionniste opinions que je propose de mettre en œuvre. J’entends ici une analyse dont le but principal est de se concentrer sur le rôle joué par les contacts interpersonnels dans la formation et l’évolution des opinions. Cela consiste en partie à reprendre les apports de la sociologie des réseaux. A ce cadre théorique va s’appliquer une méthodologie particulière, combinant approches quantitatives et qualitatives, dont la base est la mise en œuvre d’une enquête par questionnaire administré selon la technique du snowballing ou « boule-de-neige » Analysis of the views long focused on the impact of social determinants for focus gradually on the players choice. Little room here for the analysis of the interaction between the individual and the structure. More than a century of sociological analysis we yet demonstrated the strong dialectic between the will of the actors, their preferences, and characteristics of the structure in which they evolve. The paradigm of interpersonal influence, developed by Paul Lazarsfeld and members of the school of Columbia from habitual by Robert Huckfeldt work remains largely minority in the United States. AT the present time, it tends to insert itself benefit within the paradigm of rational choice. In France, the conclusions of The People ' s Choice, Voting and Personal Influence have long been ignored. It is therefore an interactionniste approach opinions that I propose to implement. I mean here an analysis whose main purpose is to focus on the role played by interpersonal contacts in the formation and evolution of opinions. This is partly to resume the contributions of the sociology of networks. This theoretical framework will apply a methodology particular, combining quantitative and qualitative, approaches that base implementation investigated by questionnaire administered according to the technique of the snowballing or "boule-de-neige".

  • Titre traduit

    Personal Influences. How Contexts Shape Opinions and Votes


  • Pas de résumé disponible.