Steve Reich, entre tradition et modernité : de l’abstraction minimaliste à un nouvel humanisme

par Nahid Iradjpanah

Projet de thèse en Etudes anglophones

Sous la direction de Michèle Vignaux.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de 3La - Lettres lingusitique langues et arts depuis le 03-12-2012 .


  • Résumé

    Mon projet de thèse est situé dans une optique pluridisciplinaire, à un carrefour formé par les disciplines que sont la littérature et la musicologie. Ainsi ai-je retenu pour titre : L’expression moderniste dans la musique américaine du XXe siècle à travers l’étude du rapport texte-musique dans l’œuvre de Steve Reich (The desert music, Proverb, Tehillim, Different Trains, The Cave, City Life, Three Tales, et WTC 9/11). L’angle d’approche retenu est celui de la dimension esthétique et sociale, via une analyse qui retient spécialement le rapport texte–musique. Retracer l’histoire de la musique américaine au début du XXe siècle revient à constater l’absence de vraie figure tutélaire. Certains compositeurs s’essaient à l’atonalité radicale (Charles Ives, Edgard Varèse), d’autres privilégient une manière de fusion entre tradition savante et populaire (George Gershwin ou Steve Reich). Les recherches qui vont être entreprises ici portent précisément et en premier lieu sur le discours de Steve Reich et sur ses œuvres qui comportent des textes sous l’angle particulier de leur rapport au texte. Notre propos consiste à voir d’une part comment le rapport entre texte et musique a subi une série de mutations au cours de cette période, et d’autre part que son dynamisme est marqué, à la fois, par l’originalité formelle des œuvres et par la profondeur des réflexions et des expériences qu’elles impliquent.