De la mortalité piscicole au problème public de pollution des rivières comtoises

par Simon Calla

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Christian Guinchard.

Thèses en préparation à Besançon , dans le cadre de ED 38 - Langage, espace, temps, société depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Malgré son accaparement par les sciences dites "naturelles", la pollution des rivières comtoises présente un intérêt indéniable du point de vue socio-anthropologique. Elle cristallise différents enjeux sociaux, économiques, touristiques, et idéologiques, qui sont autant de constituantes d'un "problème public" désormais bien établi. De plus, la situation des cours d'eau de la région engage aussi différents collectifs composés d'humains et de non-humains : les pêcheurs et leurs pratiques ; les poissons morts ; le Comté, les agriculteurs et les excréments de leurs animaux ; les services de l’État, les procédés de traitement des eaux usées et les normes ; les scientifiques, le travail et leurs conclusions ; etc. La pollution se rattache donc fortement au social, mais celle-ci reste le plus souvent naturalisée. Elle est systématiquement traitée comme si elle avait une existence en soi ; c'est ce que l'on peut remarquer lorsque des associations déclarent "se battre contre la pollution", ou lorsqu'un quotidien de presse régionale titre "La pollution a encore frappé". Aussi, le pari de ce travail consiste à se départir de l'idée selon laquelle la pollution aurait une existence propre, pour essayer de la saisir comme le résultat d'une expérience indexée ; ou pour le dire autrement, comme une entité qui émerge de nos activités. "Comment émerge le problème public de pollution des rivières comtoises ?" est donc la problématique de cette thèse de doctorat en socio-anthropologie.


  • Pas de résumé disponible.