Itineraires therapeutiques de patients

par Alice Ranorojaona

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Laurence Pourchez.


  • Résumé

    La maladie est un désordre dont l’étiologie est souvent diverse, somatique, psycho-affective impliquant souvent les évènements de la vie, l’histoire personnelle ou familiale du patient. La solution passe dans ce cas par la quête de sens pour que le patient puisse accepter et intégrer ce qui lui arrive, ensuite le ranger, qu’il ne fasse plus désordre. Dans une société multi-culturelle comme à La Réunion, cette quête de sens prend des directions multiples puisqu’elle emprunte le chemin des cultures. La démarche consiste alors, pour le soignant, à accompagner le patient dans cette démarche, en s’aidant de tous les outils qui sont à sa disposition : l’anthropologie, l’ethnomédecine, la victimologie, la psychologie, la généalogie... Cela implique une démarche conjointe du soignant et du patient qui instaure une relation égalitaire, et, valorise le patient dans son aptitude à prendre en main sa santé, et sa vie, ce qui contribue à sa confiance en soi, élément important pour rester en bonne santé. Par ailleurs, cela aboutit à l’élaboration d’une grille particulière pour faire l’interrogatoire, afin d’identifier les éléments les plus fréquents dans les parcours de vie, de manière à repérer les mécanismes pathogènes. Cette thèse réalisée dans un cabinet de médecine générale va recenser une trentaine de cas où la quête de sens aura été déterminante pour la bonne issue de la maladie. La recherche de solution fait intervenir différents domaines (socio-culturel, philosophique, spirituel, biomédical...), le but étant de faire retrouver la santé, de la manière la plus adaptée à la personne, et avec une plus grande adhésion thérapeutique de sa part. Il s’agit de respecter l’intégrité et l’unité du patient, et appréhender la situation, de manière réellement généraliste, qui tient compte de toute son humanité, pour optimiser, au mieux, la prise en charge de sa pathologie. Il aspire, la plupart du temps à être pris en charge dans sa globalité et n’érige pas de cloisonnement dans les différents domaines de sa vie. L’objectif est le retour à l’état de santé, telle qu’elle est définie par l’OMS, en laissant au patient un rôle actif. Il va de soi que ceci modifie les rapports qu’il y a entre le soignant et le patient car il n’est plus seulement question “d’ordonnance”. Le sens découle d’une réflexion conjointe. Par le fait d’aller chercher dans l’histoire personnelle ou familiale, il arrive que la solution concerne tout le groupe familial avec une dynamique considérable. L’on notera à quel point cette pratique apporte des ajustements sur les diagnostics établis et les pronostics. Un autre objectif est de montrer que l’établissement d’une passerelle entre la médecine et l’anthropologie constitue un enrichissement mutuel pour ces deux disciplines, dont le plus grand bénéficiaire est le patient.


  • Pas de résumé disponible.