Nutrition et prise de décisions chez la personne âgée.

par Barbara Obin

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Ferrand.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 27-11-2012 .


  • Résumé

    C’est à partir de ces connaissances que nous avons décidé de nous intéresser aux stratégies de prise de décision des personnes âgées lorsque ces personnes sont amenées à décider d’accepter ou non de consommer un aliment. Notre objectif est de mettre en place un dispositif, permettant (1) de mesurer les stratégies de jugement des personnes âgées face à la décision de consommer ou non un aliment (modifications physiologiques et métaboliques liées au vieillissement) et (2) d’évaluer les relations « état psychologique » et prise de décision (situations sociales et environnementales). (1) Le cadre méthodologique choisi, afin d’appréhender la notion de jugement dans la prise de décision et la nutrition des personnes âgées (modifications physiologiques et métaboliques liées au vieillissement), est celui de la théorie fonctionnelle de la cognition de Norman H. Anderson, 1996. Cette théorie porte sur la formation de jugements. Son propos essentiel est de découvrir la manière dont les individus combinent les informations externes dont ils disposent pour émettre un jugement global. Sur la base des travaux réalisés par C. Sulmont-Rossé, 2010, nous manipulerons trois facteurs d’informations, clairement identifiés comme étant prédominant dans la prise de décision des personnes âgées : (a) l’aspect visuel de l’aliment (agréable/moyen/douteux), (b) le goût de l’aliment (bon/moyen/mauvais) et (c) la flaveur de l’aliment (molle/tendre/dure). Ces trois informations seront manipulés dans le cadre d’un plan orthogonal (3*3*3). Un exemple de scénario serait le suivant : « L’aliment à déguster est d’aspect douteux, il a bon goût, et il est tendre. Dans quelle mesure accepteriez-vous de consommer cet aliment dans ce cas ? ». Les réponses seront recueillies sur une échelle continue allant de « tout à fait d’accord » à « probablement que non ». (2) Les résultantes psychologiques des situations sociales et environnementales seront appréhendées à partir de plusieurs échelles (échelle de dépression gériatrique, échelle de plaisir alimentaire, échelle d’estime de soi et échelle de bien être). Les caractéristiques socio démographiques seront recueillis sous la forme de questions fermées. Une analyse de variance (Anova/Manova), sera réalisée afin de connaitre le poids de chaque facteur d’information dans le jugement et la décision des personnes âgées à s’alimenter. Une analyse en cluster sera menée en vue de dégager les différents profils de vieillissement sous-jacents aux réponses « état psychologique » et prise de décision.


  • Pas de résumé disponible.