Agricultural productivity in Sub-Saharan Africa: Does adaptation to climate change matter?

par Christelle MAKOUGOUM TCHOUPE

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Catherine Araujo Bonjean.


  • Résumé

    La productivité agricole en Afrique Sub-Saharienne (ASS) est restée la plus faible au monde durant les 40 dernières années (Udry, 2010). Les conséquences sont, entre autres, l’explosion de sa facture d’importation et une insécurité alimentaire sévère et persistante. Le changement climatique est l'un des principaux facteurs mis en cause. En effet, les températures élevées, les précipitations à la fois insuffisantes et imprévisibles, les fréquentes inondations et les vents violents impactent considérablement et négativement les rendements agricoles. Cette thése se focalise sur le changement climatique comme cause de la faible productivité agricole en ASS. L’objectif général est d’estimer, le déficit de production agricole dû au changement climatique et d’identifier les stratégies d'adaptation et d'atténuation efficaces et pertinentes en ASS. Nous travaillerons sur les données du Mali au moins pour trois raisons: il est représentatif de la plupart des pays de l'Afrique Sub-Saharienne de part ses caractéristiques climatiques et son système agricole, de plus l'insécurité alimentaire y est accrue et enfin nous disposons des données fiables pour ce pays. Ainsi, une contribution importante de cette thèse est la constitution d'une base de données micro- économiques riche en informations. Elle sera obtenue en appariant des données géo référencées de climat avec des données démographiques, techniques, et économiques collectées au niveau des exploitations maliennes. A partir de ces données, nous estimerons une frontière stochastique de production pour évaluer l'inefficacité des exploitations imputable aux variations météorologiques. Un modèle de panel dynamique nous permettra d'étudier les baisses de production agricole due au changement climatique. En outre, nous utiliserons la méthode de score de propension pour tester l'hypothèse selon laquelle l'innovation est un facteur de résilience au changement climatique. Si cette hypothèse est vérifiée, les déterminants de l'adoption de l'innovation seront identifier grâce à un modèle Logit multinomial conditionnel . Cette recherche est intéressante dans la mésure où les résultats pourront éclairer les décideurs et les partenaires au développement du Mali. En plus, la méthodologie utilisée pourra aussi être appliquée dans le cas d'autres pays de l'Afrique subsaharienne. A moyen terme, notre travail vise la réduction de la faim et l'extrême pauvreté en Afrique Sub-Saharienne.


  • Pas de résumé disponible.