Evaluation de la vulnérabilité mécanique des bâtiments et réseaux VRD face au risque sismique.

par El Mehdi Seddiki

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, urbanisme

Sous la direction de Mindjid Maïzia.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 25-01-2013 .


  • Résumé

    Les effets des évènements sismiques sur le bâti urbain sont souvent représentés en amont par un niveau de potentiel de dommages ou un indice de vulnérabilité (indice généralement moyenné). Ce dernier indicateur s’appuie, pour son calcul, sur une typologie architecturale (approchées généralement par les périodes de construction du bâti) croisée avec des variables relevant de la forme urbaine et de la fonction des tissus (logement, commerce, etc.). Pour construire une telle typologique, des relevés de terrain d’échantillons les plus représentatifs possible sont souvent indispensables afin de recueillir des informations nécessaires à la mise en exergue des comportements mécaniques du bâti face aux séismes : matériaux de construction (maçonnerie, béton, acier, bois, etc.), nombre d’étages, forme, structure, etc. ; une telle approche permettant de produire une vue globale de la vulnérabilité sismique des tissus urbains malgré, bien entendu, nombres d’approximations plus ou moins quantifiables. La thèse a pour objectif le développement d’un modèle et d’un outil de calcul de la vulnérabilité mécanique des bâtiments à l’échelle urbaine et des principaux réseaux urbains susceptibles d’être lourdement endommagés lors d’un séisme (en ce qui concerne les réseaux, il s’agit principalement des VRD). Partant d’une base de données urbaine, chaque bâtiment sera ainsi modélisé par rapport à son environnement bâti immédiat tant en termes de configuration urbaine (contigüité, etc.) qu’en termes de propriétés mécaniques intrinsèques (résultant du type de construction, de sa hauteur, etc.). Dans le cadre d’un tel modèle, la vulnérabilité mécanique d’un bâtiment face au séisme sera simulée sur la base de scénarios géophysiques fournis par le BRGM. Les spécificités du site d’étude (notamment le cas de Nice et d’une autre ville déterminée au démarrage de la thèse), et plus particulièrement la topographie et la lithologie (effets de site), seront explicitement intégrées. En ce qui concerne la vulnérabilité mécanique de l’enjeu VRD, les caractéristiques constructives des réseaux superficiels (voirie) et enterrés (eau potable, assainissement) seront plus spécifiquement examinés. A titre d’exemple, les vulnérabilités de ces deux enjeux urbains (bâtiments et VRD) serviront à modéliser les éventuelles coupures de tronçons routiers consécutives à la destruction plus ou moins importante de certains bâtiments (séisme bâti réseau routier coupé) et à renseigner les plans d’évacuation conçus en amont à de tels évènement. La thèse proposée s’inscrit ainsi dans la démarche explicite des systèmes urbains intégrés et appartient au champ de l’analyse du risque. Enfin, les spécifications et la forme des résultats de ces travaux doivent pouvoir être validées avec les acteurs de la décision publique, les architectes et les ingénieurs locaux du site d’étude, etc. Cette thèse de 3 ans sera financée par le projet ANR DSS Evac Logistique portant sur l’optimisation d’un plan d’évacuation de masse de la population (plan ORSEC) en cas de séisme et de tsunami.


  • Pas de résumé disponible.