Les scandinaves en méditerranée. Réseaux, stratégies et dynamiques d'échanges des origines au XIVe siècle.

par Joffrey Dachelet

Projet de thèse en Histoire médiévale

Sous la direction de François-Olivier Touati.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 06-11-2012 .


  • Résumé

    Au sein des études sur l'implantation scandinave le long des axes d'échanges Nord/Méditerranée, la question de la construction identitaire et politique de ces établissements prime sur celle des réseaux eux-mêmes. Ces axes sont traditionnellement perçus comme résultant de ces formations politiques. Nous proposons d'envisager l'hypothèse inverse : les phénomènes d'expansion scandinave depuis le Haut Moyen Âge ne procéderaient-ils pas, en réalité, d'une stratégie de renforcement des axes majeurs d'échanges entre la Scandinavie et le pôle oriental via la Méditerranée ? Afin de vérifier cette conjecture, nous nous pencherons sur les trois principaux axes d'échanges entre Scandinavie et Orient – Vestvegr, Austvegr et Sudrvegr –, analysant leur antiquité, leurs fluctuations, et leur déclin au XIIIème siècle. Une telle étude s'inscrit dans une démarche macrohistorique et d'amplitude chronologique large : des premières données archéologiques de l'âge du bronze jusqu'au XIVème siècle, période de la fin d'une présence scandinave régulière en Méditerranée. Mobilisant des sources d'ordre littéraire, épigraphiques et archéologiques, l'analyse envisagera trois directions principales : L'optimisation des réseaux d'échanges par la mise en place de stratégies individuelles et collectives Les mobiles et conceptions du voyage entre Scandinavie et Orient sous l'influence des cultures méditerranéennes et des attractions réciproques La responsabilité, après la christianisation, des bouleversements politiques et religieux dans la détermination et la dynamique de ces axes


  • Pas de résumé disponible.