Pauvreté et mal - développement. Une géographie sociale de la Martinique.

par Dominique Picard (Legrand-Castor)

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Christian Girault.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Europe latine et Amérique latine (....-2015 ; Paris) depuis le 18-12-2006 .


  • Résumé

    Les déséquilibres socio-économiques entre les départements d’Outre-mer et l’Hexagone sont criants. En Martinique, la pauvreté est plus intense et plus diffuse qu’au plan national, elle frappe fortement les exclus du marché du travail et jusqu’aux salariés. Le chômage, un phénomène structurel et endémique, y est deux fois plus élevé et touche majoritairement les jeunes, les femmes et les non-diplômés. Depuis le mouvement social de 2009, et l’instabilité politico-institutionnelle qui l’a accompagné, les tensions sociales restent vives et sont l’expression de frustrations liées à des inégalités persistantes. Comment s’expliquent-elles ? La paupérisation croissante d’une part importante de la population découle d’un environnement économique particulièrement défavorable. La région se caractérise par un développement faible, une situation dégradée du marché de l’emploi, une économie dépendante des transferts publics. L’analyse géographique met en lumière les structures de la pauvreté : profils des familles, accès à l’emploi, qualification et formation, conditions de logement et situation sanitaire des publics démunis. Les dimensions territoriales des dynamiques de pauvreté soulignent le lien entre espace social et espace géographique : les phénomènes de pauvreté, de précarité et d’exclusion sont étudiés à l’échelle des quartiers d’habitat spontané et informel, encore nombreux aujourd’hui en Outre-mer, principaux espaces de production de pauvreté et de ségrégation dans les milieux urbains et ruraux.

  • Titre traduit

    Poverty and underdevelopment. A social geography of Martinique


  • Résumé

    There exist blatant socio-economic imbalances between the French overseas departments and metropolitan France. In Martinique more particularly, poverty is more intense and more diffuse than at the national level; it strongly hits both people excluded from the labor market and wage-earning laborers. Unemployment, both a structural and an endemic phenomenon, mainly affects young women and non-graduates. Since the social movement of 2009 and the political and institutional instability that followed, social tensions have remained high, revealing the people’s frustration as to persistent inequalities. How can one account for these inequalities? The increasing impoverishment of a large part of the population stems from a particularly unfavorable economic environment. The region is characterized by its low development, its degraded and deteriorating labor market, and its peculiar economy, relying on government subsidies. The geographic analysis provided by this dissertation highlights the distinctive features of poverty: the profiles of affected families, as well as the characteristics of the impoverished populations in terms of access to employment, skills and training, and health. The territorial dimensions of the dynamics of poverty will also be studied, thus emphasizing the link between social space and geographic space, as poverty, insecurity and exclusion will be analyzed at the level of spontaneous settlement areas (shantytowns / squatter homes). Indeed, poverty and segregation are primarily found in these spontaneous settlements – which are still very numerous in the French overseas departments – in both urban and rural environments.