La Scène du crime : héroïsation des figures de criminels dans le théatre romantique (1830-1848)

par Noemi Carrique

Projet de thèse en Littérature française

Sous la direction de Florence Naugrette.

Thèses en préparation à Rouen , dans le cadre de Histoire,mémoire,patrimoine,langage depuis le 03-09-2012 .


  • Résumé

    Les années qui suivent la Révolution française sont agitées par une dynamique sociale contestataire, par de grandes incertitudes politiques et traversées par de nombreux mouvements littéraires. Ces bouleversements qui jalonnent le XIXe siècle ne sont pas sans lien les uns avec les autres : l’idée que la littérature est profondément liée à la société qui la produit, initialement formulée par Bonald, est très ancrée dans les esprits du siècle. Quelles sont les différentes postures adoptées par les scènes romantiques françaises face à la norme, la loi et la morale, elles-mêmes mouvantes durant cette période de variations politiques et juridiques ? Nous souhaitons étudier ces rapports en analysant la représentation d’une figure très présente sur la scène, dans les journaux et dans la réalité du siècle : le criminel. Les nombreux changements politiques de la période induisent une incertitude concernant les normes et les lois. Après la Révolution, qui a bouleversé les codes, les régimes successifs tentent d’en établir de nouveaux. Mais la période est aussi à la médiatisation de la délinquance et de la criminalité : même s’il n’y a peut-être pas, quantitativement, plus de délinquants et de criminels que sous l’Ancien Régime, ils sont davantage « mis en scène ». Les tentatives de constituer de nouvelles lois et des normes solides laissent apparaître plus nettement les contestations des exclus de ces normes et de ces lois. Notre travail se concentrera sur la représentation héroïsée des figures marginales dans le théâtre, et sur ce que cette héroïsation du hors-la-loi implique à la réception.


  • Pas de résumé disponible.