Edition critique, traduction et commentaire du livre V (selon les manuscrits) du Speculum Doctrinale de Vincent de Beauvais (De moralibus scientiis)

par Laure-Aline Cuvelier

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Jean-Frédéric Chevalier et de Isabelle Draelants.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) depuis le 24-01-2013 .


  • Résumé

    Plusieurs études ont été menées sur le Speculum Naturale ainsi que sur le Speculum Historiale, plus rarement sur la partie concernant l’exposé des sciences. J’ai donc décidé de m’intéresser au Speculum Doctrinale, et plus particulièrement au livre V (selon les manuscrits ou IV selon les éditions) où Vincent de Beauvais traite de ce qu’il appelle les Sciences morales, à travers un discours sur les vices et des vertus, en s’appuyant sur tout un héritage antique ainsi que sur divers auteurs médiévaux. Mon objectif consistera à proposer la première édition critique de ce texte d’une centaine de pages, accompagnée d’une traduction ainsi que d’un commentaire. En effet, en procédant à la collation des manuscrits conservés du Speculum Doctrinale (après une recherche d’éventuels nouveaux témoins), j’étudierai la genèse de la rédaction et les différents états du texte, notamment par rapport aux éditions anciennes. Mon édition critique reposera donc sur la collation des manuscrits du Speculum Doctrinale, au nombre de douze (d’après le relevé dressé par Käpelli dans son répertoire Scriptores ordinis praedicatorum). Le travail sur les manuscrits s’avère indispensable, dans la mesure où l’édition de référence (Douai, 1624) a ajouté ou corrigé de manière “moderne” de nombreuses citations d’auteurs anciens, corrigeant ainsi à tort le texte qui était destiné aux frères dominicains et à un public plus large au milieu du XIIIe siècle. Il importe, par ce travail d’édition, de traduction et de commentaire, d’éclairer les méthodes de compilation qui ont dominé la transmission du savoir éthique médiéval, grâce à la mise à disposition d’un exposé sur les vertus et les vices dans l’état qui a réellement circulé. Le travail permettra, en outre, de montrer la manière dont fonctionnait la mémoire du savant médiéval dans l’utilisation des citations d’auctoritates représentatives de la sagesse morale antique, telles que Sénèque et Macrobe, mais aussi la façon dont la philosophie pratique médiévale qui l’a imitée et intégrée dans un contexte chrétien via Rémy d’Auxerre ou d’autres auteurs.