La tradition huayan et les développements de l’iconographie bouddhique en Chine (Ve-XIIIe siècles)

par Christophe Decoudun

Thèse de doctorat en Théorie et pratique de l'archéologie

Sous la direction de Antoine Gournay.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (1992-.... ; Paris) , en partenariat avec Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris-Sorbonne (Paris) (equipe de recherche) depuis le 09-11-2012 .


  • Résumé

    Cette étude porte sur les productions iconographiques inspirées de la tradition huayan, l'une des principales écoles chinoises du bouddhisme mahāyāna, née de l’élaboration et de l'étude d’un texte, l’Avataṃsaka-sūtra (Huayan jing en chinois). L’analyse des œuvres se répartit en quatre chapitres. Le premier examine les premières figures du buddha sous sa forme dite de « buddha cosmique », c’est-à-dire dont les vêtements ou le corps, parfois l’auréole et la mandorle sont recouverts de figures plus petites qui se réfèrent au discours cosmologique du sūtra (et en particulier du Daśabhūmika-sūtra, un texte dédié à la méditation, autrefois indépendant et intégré ensuite dans l’Avataṃsaka-sūtra). Ces figures sculptées ou peintes, datant du Ve au IXe siècles, se trouvent principalement dans le Nord-Ouest de la Chine actuelle (Xinjiang et Gansu). Le second chapitre porte sur l’environnement imagier de ces buddhas du VIe au VIIe siècles et sur les premiers portraits sculptés de Vairocana, le buddha principal dans l’Avataṃsaka-sūtra. Ces images consacrées à la méditation furent réalisées dans le Shandong et le Henan actuels et marquées par l'influence d'autres écoles bouddhiques. Le troisième chapitre étudie le développement, sous l’influence du bouddhisme ésotérique, de nouveaux portraits de Vairocana et des bodhisattvas qui en émanent. Les rares exemples conservés se trouvent au Sichuan et datent principalement de la dynastie Song (XIe-XIIIe siècles). Le quatrième chapitre traite de différents types d'images mettant en scène ou combinant plusieurs figures. Tout d'abord, les représentations d’assemblées réalisées en peinture à Dunhuang (Gansu) sous la dynastie Tang (VIIIe-Xe siècles). Puis les images peintes ou imprimées, réalisées sous des Tang aux Song (VIIIe-XIIe siècles), qui illustrent le Gaṇḍavyūha-sūtra, la dernière section de l’Avataṃsaka-sūtra qui narre l’histoire d’un jeune Indien parti en pèlerinage pour atteindre l’éveil. Sont enfin abordés les maṇḍala, représentations métaphysiques et symboliques de l’univers sous forme de diagrammes associés à des symboles bouddhiques et à une ou plusieurs divinités.

  • Titre traduit

    The huayan tradition and the development of Buddhist iconography in China (5th-13th centuries)


  • Résumé

    This study deals with the iconographic production inspired by the huayan tradition, one of the main Chinese schools of mahāyāna Buddhism born from the elaboration and study of a set of texts known as the Avataṃsaka-sūtra (Huayan jing in Chinese). The analysis of the artworksis organized into four chapters. The first one examines the first figures of the Buddha known as “cosmic Buddhas”, i.e. those whose clothes or body, or mandorla, are fully covered with smaller figures which refer to the cosmological discourse of the sūtra (particularlythat of the Daśabhūmika-sūtra, a text dedicated to meditation that was once a separate piece and was later included into the Avataṃsaka-sūtra). These sculpted or painted figures, dating from the 5th to the 9thcenturies, are mainly found in the Northwestern part of present-day China (Xinjiang and Gansu). The second chapter studies the iconographic environment of these Buddhas from the 6th to the 7th centuries as well as the first sculpted portraits of Vairocana, the main Buddha in the Avataṃsaka-sūtra. These images, which were used for meditation practices, were produced in what would be the present-day Shandong and Henan under the influence of other Buddhist schools. The third chapter studies the development of new portraits of Vairocana and his emanations as bodhisattvas under the influence of esoteric Buddhism.The only preserved examples are found in Sichuan and date from the Song dynasty (11th-12th centuries). The fourth chapter deals with various types of images which present or combine several figures. First, the painted representations of assemblies produced at Dunhuang (Gansu) during the Tang Dynasty (8th-10th centuries). Second, the painted or printed illustrations of the Gaṇḍavyūha-sūtra, the last section of the Avataṃsaka-sūtra, which tells the story of a young Indian boy gone on a pilgrimage to attain enlightenment. These images were produced from the Tang to the Song dynasty (8th-13th centuries).