Metz, une ville fortifiée : étude des comptes des gouverneurs des murs de la ville (1471-1541)

par Mylène Didiot

Projet de thèse en Histoire médiévale

Sous la direction de Frédérique Lachaud.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) depuis le 29-01-2013 .


  • Résumé

    Metz au Moyen Âge est une cité qui a su s’affranchir progressivement de la tutelle impériale. L’âge d’or de la ville correspond à cette conquête de l’autonomie urbaine. Dès le XIIIe siècle, la République messine est instituée et s’organise comme un véritable État, riche et puissant. La ville attise alors la convoitise de ses voisins et doit se protéger. Devenues trop étroites, les anciennes fortifications sont remplacées par une nouvelle enceinte de plus de six kilomètres de long. Elle est édifiée entre le XIIIe et le XIVe siècle. Une administration dévolue à la construction et à l’entretien des remparts est alors mise en place. Rédigés sur des parchemins jusqu’au XVIe siècle, les « comptes des gouverneurs des Murs » de la ville de Metz témoignent de la nature, du coût et du déroulement des différents travaux effectués sur l’enceinte. Ce travail de thèse se propose d’analyser cette comptabilité en mettant en évidence la complexité de cette administration. Il sera question d’étudier la provenance et l’utilisation des fonds et de démontrer le rôle prépondérant joué par les hommes de la ville. Tous ont contribué à l’édifice, qu’ils soient ouvriers, artisans, corvéables ou seigneurs. L’étude de la nature et de l’utilisation des matériaux ne sera pas en reste et mettra en évidence l’évolution des techniques de fortifications et d’armement. La retranscription et l’analyse de ces comptes – jusqu’ici relativement négligés par la recherche historique – ainsi que l’étude des chroniques de l’époque permettra de compléter notre connaissance de l’enceinte messine.


  • Pas de résumé disponible.