La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion (XVIe siècle).

par Bruno Tolaini

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Jean Boutier.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 14-12-2012 .


  • Résumé

    Suscitant un intérêt marqué de la part des chercheurs depuis la fin des années 1970, les Mémoires ont souvent fait l’objet de monographies ou d’études s’intéressant aux principales caractéristiques du genre. Peu de travaux se sont penchés sur l’un des traits les plus marquants de ces écrits du for privé : la mise en valeur de l’auteur à travers ses mots. La multiplication de ces œuvres au XVIe siècle s’inscrit dans une démarche nouvelle et le récit, s’il n’en demeure pas moins une succession d’événements propres à servir la grande Histoire, devient souvent une apologie de soi et une égophanie, comme l’a écrit Yves Coirault de Saint-Simon. La thèse de doctorat que je me propose d’entreprendre devra analyser la mise en valeur de soi dans les Mémoires de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Il s’agira notamment de mettre en lumière tous les moyens, mécanismes et autres subterfuges utilisés par les mémorialistes afin de s’exposer sous leur meilleur jour et de se glorifier eux-mêmes. A travers les récits de leur carrière, de leur place dans la société, de leur opposition au pouvoir, mais également à travers le destinataire, désigné ou non, ces œuvres devraient pouvoir nous éclairer quant à la place que se sont octroyés ces auteurs dans des textes qui détenaient, selon eux, la seule vérité. Ces écrits pourront également être analysés à la lumière d’autres sources, notamment des journaux, des livres de raison ou de la correspondance, mais également à l’aide de Mémoires étrangers, afin de mieux cerner les intentions des mémorialistes.


  • Pas de résumé disponible.