L'impact des études supérieures sur les valeurs des étudiants

par Florian Olivier

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Louis Fabiani.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 16-01-2013 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse part d'une idée simple : ce que l'on fait, ce que l'on vit nous change. Or au sein des expériences collectives vécues, l'une tend à devenir de plus en plus partagée : le passage par des études supérieures. Aussi peut-on être surpris de constater que peu nombreuses sont les études s'intéressant à l'impact que peuvent avoir les cursus disciplinaires sur le jugement des étudiants, population dont l'identité – ne serait-ce que professionnelle – reste en construction. A partir d'une enquête par questionnaire inspirée des European Values Survey et des Enquêtes sur les pratiques culturelles des Français et menée auprès d'un échantillon final d'étudiants de 11 filières universitaires, notre travail montre que l'idée controversée d'une socialisation disciplinaire mérite d'être considérée. Car si dès la première année, les disciplines tendent à s'attirer les faveurs de populations aux profils déjà différenciés, l'avancée dans les études tend de son côté à remodeler ces particularisme initiaux. Les contenus disciplinaires jouent indéniablement un rôle dans ce remodelage, via l'acquisition ou le renforcement de dispositions et (sentiments) de compétences spécifiques. Mais de façon concomitante, la particularisation des profils étudiants au fil des études apparaît relever d'un phénomène de socialisation anticipatrice faisant qu'avancée dans les études et appropriation de la future et probable place occupée dans l'espace social vont de pair.

  • Titre traduit

    Higher Education's impact on students values


  • Résumé

    This thesis comes from a simple idea : what one does, what one lives change us. Now, within the collective experiences, one tends to become more and more shared : going for higher studies. It is therefore surprising to note that few studies have examined the impact that majors may have on the judgment of students, whose identity – so much as professional - remains under construction. From a survey inspired by the European Values Survey and the Survey on The Cultural Practices of the French, and conducted with a final sample of students from 11 academic disciplines, our work shows that the controversial idea of a socialization deserves consideration. For if from the first year the disciplines tend to attract populations with already differentiated profiles, they tends at the end to reshape these initial particularisms. Disciplinary contents undoubtedly play a role in this remodeling, through the acquisition or reinforcement of specific skills and dispositions. But concomitantly, the particularization of student profiles over the years appears to be a phenomenon of anticipatory socialization : becoming an advanced student and the appropriation of the future and probable place occupied in the social space go hand in hand.