Joë Bousquet, espaces poétiques

par Edith Risterucci

Projet de thèse en Sciences de la littérature Française

Sous la direction de Jean-Michel Maulpoix.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) depuis le 08-02-2013 .


  • Résumé

    Joë Bousquet, l'homme blessé en 1918, condamné à l'immobilité, devient alors le poète couché, qui pendant 32 années ne quittera pas sa chambre et son lit. Dans cet espace clos de la chambre, une vie d'écriture, de rencontres artistiques, littéraires et amoureuses se déroule : Bousquet ne cessera jamais d'écrire et d'échanger avec ses pairs partout en France. Pris dans une dialectique du dehors (qu'il ne verra plus) et du dedans (auquel il est confiné), J.Bousquet est à la fois un témoin majeur de la littérature de son temps et un acteur-auteur prolifique : auteur de contes, romans, nouvelles, cahiers "littéraires", écrits érotiques, journaux intimes, poèmes, tous ses écrits sont frappés du sceau de l'enfermement et de l'immobilité du corps blessé que l'écriture tente de briser au travers d'un ressassement des mêmes motifs, qui efface les limites des genres, où le journal intime devient poème, le poème écriture de soi, le roman réflexion philosophique en proie aux délires de la douleur. Rien n'est fixe chez Bousquet, l'espace de la page tente de déjouer la claustration d'une vie ; les mots élaborent des espaces imaginaires. Trois espaces donc se dessinent dans le monde de Bousquet : son espace personnel, la place de son corps dans le monde - réduit à une chambre -, le paysage littéraire de la première moitié du XXème siècle dans lequel Bousquet est tout à la fois dedans et dehors, au croisement des "modernités" artistiques et poétiques, l'espace imaginé dans ses écrits, qui réinvente les deux précédents, se nourrit d'eux et les déjoue.


  • Pas de résumé disponible.