Les agents du renseignement français en Perse. Étude et comparaison de leurs observations de la fin du XVIIIe siècle au début du Grand Jeu (Second Empire).

par Maxime Paquette

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Sébastien Laurent.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Centre d'études des mondes modernes et contemporains (Pessac, Gironde) (equipe de recherche) depuis le 21-12-2012 .


  • Résumé

    La problématique que notre thèse propose est de donner une dimension culturelle et identitaire aux agents du renseignement qui ont été en Perse entre 1804 et 1848. Ces missions ou ces ambassades envoyées dans ce pays de l’Orient ont révélé au monde l’existence et la richesse de la Perse, tout en ouvrant la voie à la lutte qui se déroule au Caucase et en Asie Centrale pendant tout le XIXe siècle : Le Grand Jeu. Différentes missions, telles celles de Jaubert, De la Blanche, Gardane ou Colombari permettent de comprendre les intentions que les gouvernements français, qui se sont succédé, ont derrière ces expéditions. Nous analysons comment le renseignement, en plus de renfermer des informations militaires et politiques, permet de saisir des aspects culturels et identitaires à la fois des Français eux-mêmes que des Perses. Nous nous intéresserons en un premier temps aux représentations par les agents des réalités de la vie matérielle et du patrimoine immatériel (alimentation, vêtements, architecture, rites, croyances, traditions, etc.), et ce, afin d’analyser comment l’observateur occidental perçoit les différences orientales de ce pays. L’une des hypothèses de travail sera ici que l’orientalisme (tel que défini par Saide et revu par les postcolonial studies [Bhabha]) est bien présent au sein de ces représentations. Dans un deuxième temps, nous chercherons à montrer comment le concept de nation (relativement récent, mais très prégnant dans l’idéologie dont relèvent ces agents) influence la compréhension qu’ont ces mêmes agents de la réalité politique et militaire perse qu’ils décrivent. Enfin, nous comparons les observations et jugements de ces agents pour faire ressortir certains points de la culture, de l’identité, mais également de la politique et du militaire en Perse, vue par des Occidentaux.


  • Résumé

    The problematic of our thesis is that we propose to revel the cultural and identity aspect of the intelligence officers who were in Persia between the end of the eighteenth century to the beginning of the Great Game (Second Empire). These missions or embassies sent in Persia, have revealed to the world the existence and cultural richness of Persia. While paving the way for the struggle that takes place in the Caucasus and Central Asia during the nineteenth century: the Great Game. Different missions, such as those of Jaubert, De la Blanche, Gardane or Colombari permits to understand the intentions behind the French government with these expeditions. We analyze how intelligence, in addition to containing military and political information, captures cultural and identity both from French themselves as for the Persians. To begin with, we are interested in the representations given by thoses agents, on the material life and the intangible heritage (food, clothing, architecture, rituals, beliefs, traditions, etc...). Secondly, we analyze how the West observer perceives differences in an Eastern country. One working hypothesis is that by Orientalism (as defined by Saide and reviewed by postcolonial studies [Bhabha]) is present in these representations. In a second step, we try to show how the concept of nation (relatively new, but very prominent in the ideology of those agents) influence the understanding of these agents of the political and military Persian reality they describe. Finally, we compare the observations and judgments of these agents to highlight certain aspects of the culture, identity, but also some of the political and military informations from Persia, seen by Westerners.