Evaluation de la biodisponibilité du nickel, cobalt et manganèse dans les poussières de sols ultramafiques et développement d'un outil de bioindication lichénique des poussières émises par les activités minières en Nouvelle Calédonie

par Camille Pasquet

Projet de thèse en Chimie/géochimie de l’environnement


Sous la direction de Peggy Gunkel-Grillon et de Fabrice Monna.

Thèses en préparation à Nouvelle Calédonie , dans le cadre de École doctorale du Pacifique (ED469) depuis le 06-02-2013 .


  • Résumé

    Les éléments métalliques sont naturellement présents dans notre environnement mais au-delà d’un certain seuil, variable selon l’élément, ils peuvent s’avérer toxiques. Parmi les différents facteurs de la toxicité, la concentration en métal et la forme chimique sous laquelle il se trouve (degré d’oxydation, complexé, précipité…) jouent un rôle important. La pression anthropique croissante liée au développement économique accroît de façon significative le risque de pollution par les éléments métalliques des écosystèmes localisés à proximité des exploitations minières. L’objectif du travail de thèse proposé est de renforcer les connaissances sur les conséquences environnementales du transport d’éléments métalliques par voie aérienne. Ce mode de diffusion dans l’environnement en Nouvelle-Calédonie n’a pas encore été étudié et représente l’aspect novateur de ce travail. Deux sources d’émission atmosphériques sont principalement ciblées pour cette étude : les poussières émises à partir des mines à ciel ouvert d’exploitation du minerai de nickel d’une part, et les effluents gazeux des usines de traitement de ce minerai d’autre part. Les roches ultrabasiques exploitées (péridotites et serpentinites) sont des matériaux particulièrement riches en éléments métalliques (Ni, Co, Mn, Cr). Le potentiel de dissémination des éléments qu’elles contiennent dépend étroitement de leur degré d’altération. Ainsi les poussières de faible granulométrie, qui sont des petites fractions de roches fortement altérées, sont aisément transportées. Les procédés de traitement du minerai sont également à l’origine d’émissions de fumées, elles-mêmes très probablement riches en éléments métalliques. Il est donc très important d’évaluer le risque d’impact par le biais du transport aérien de ces formations géologiques et des émissions industrielles sur les écosystèmes naturels et les populations localisées à proximité. Face aux nombreuses interrogations scientifiques qui demeurent, cette thèse propose de caractériser les propriétés physico-chimiques des poussières de nickel et des émissions industrielles gazeuses, et donner in fine des outils d’évaluation du risque potentiel de contamination des écosystèmes alentours.

  • Titre traduit

    Bioavailability estimation of nickel, cobalt and manganese in dust from ultramafic soils and development of a bioindication tool using lichen for dust emitted by mining activities in New caledonia


  • Pas de résumé disponible.