Capitalisme et manifestations du victorianisme irlando-américain dans l'oeuvre de Eugène O'Neill

par Chloé Lucidarme

Projet de thèse en Langues, Littératures et Civilisations

Sous la direction de John S. Bak.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas depuis le 08-10-2012 .


  • Résumé

    En cette période de crise économique mondiale et à l'occasion du centenaire des premières pièces de Eugène O'Neill, il est intéressant d'observer les rapports qu'entretiennent ses personnages avec l'argent mais également les conséquences sur les structures familiales et conjugales, marquées par la Grande Dépression de la fin du XIXème siècle. "Jeune nation", l'Amérique a dû importer une partie de ses traditions de Grande-Bretagne. C'est ainsi que le capitalisme et le matérialisme ont acquis une véritable place dans la littérature américaine à la fin du XXème siècle. Je parlerai donc de "décisive decade" pour caractériser les années 1910-1919 et ses vingt-cinq pièces, dont de nombreuses pièces en un acte, auxquelles s'ajouteront les nouvelles "Tomorrow" et "S.O.S." ainsi que la pièce <détruite> Exorcism, ceci afin d'observer le tournant entre XIXème et XXème siècles et l'hybridation entre littérature victorienne (irlando-américaine) et littérature moderne, symbole de cette société partagée entre la prospérité relative apportée par la Révolution Industrielle et le profond désenchantement causé par les multiples crises. Cette notion d'argent destructeur parcourt l'oeuvre du dramaturge et trouve écho dans les occurences de la maladie et de la rostitution, incarnées par Rose, l'héroïne de The Web. Ensuite, la prostitution devient symbolique : nombreux sont (à l'image de James O'Neill) les artistes écrasés par le mercantilisme, comme John dans Bread and Butter. Enfin, cette autobiographie théâtrale, atteignant son paroxysme dans Long Day's Journey Into Night, amène la question de la compatibilité entre subjectivité et critique de la société.


  • Pas de résumé disponible.