La circulation et la réception du modèle physiocratique dans l'Europe des Lumières

par Therence Carvalho

Projet de thèse en Histoire du Droit

Sous la direction de Anthony Mergey.

Thèses en préparation à Rennes 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme, des organisations et de la société (Rennes) depuis le 10-10-2012 .


  • Résumé

    École de pensée surtout connue pour ses idées en matière économique, la physiocratie a également développé des idées fondamentales et novatrices dans les domaines institutionnel, constitutionnel, administratif, fiscal ou encore judiciaire. Ainsi, les physiocrates ne sont pas de simples « économistes », ils se sont également emparés du droit et du politique, ce qui n’est en réalité guère surprenant étant donné que les principaux membres de l’école sont des juristes de formation et se passionnent pour les questions politiques. À compter des années 1760, les membres de l’école exercent une influence considérable sur les grands d’Europe. François Quesnay, fondateur historique du mouvement, n’est-il pas le médecin de Louis XV et un de ses principaux conseillers ? De même, après sa rencontre avec le prince Ignace Massalski, évêque de Vilnius, l’abbé Baudeau est nommé prévôt mitré de Widziniski en 1768 et effectue deux séjours en Pologne au cours de l’année 1769. Quant à Dupont de Nemours, il est appelé successivement comme conseiller auprès de Gustave III, roi de Suède, puis auprès de Charles Frédéric, margrave de Bade, qui le promeut conseiller aulique et conseiller intime de légation en 1774. Enfin, le roi de Pologne Stanislas Auguste le nomme secrétaire de la commission d’éducation nationale. Grâce à la recommandation de Diderot, Le Mercier de La Rivière devient l’espace de quelques mois – d’août 1767 à mai 1768 − le conseiller juridique spécial de l’impératrice de Russie Catherine II pour, selon ses propres termes, « former la constitution et la législation de son empire ». Celui-ci est également en contact avec le roi de Pologne pour lequel il propose un véritable plan de réforme politique. Quant au marquis de Mirabeau, il entretient aussi des relations étroites avec le comte de Scheffer, conseiller du futur roi de Suède, et est même fait grand croix de l’ordre de Vasa. De la même manière, il correspond avec Léopold, grand-duc de Toscane et futur empereur romain germanique, le margrave de Bade et le roi de Pologne. Il conseille même le comte Batthyány qui l’interroge sur les réformes à adopter en Hongrie. De surcroît, le modèle physiocratique s’est également développé dans les pays d’Europe, en dehors de la présence des membres de l’école, notamment par la diffusion et la traduction de leurs nombreux travaux. En conséquence, cela conduit à s’interroger sur les éventuelles adaptations, par les princes étrangers, des théories soutenues par les physiocrates français. Dès lors, il convient de se demander, quelle a été l’influence de la physiocratie en Europe, au moment même où leurs thèses se développaient en France et quelle a été au fond la « présence » des idées physiocratiques hors du royaume de France ? Il s’agit d’analyser et de circonscrire l’influence, encore aujourd’hui méconnue, du courant de pensée initié par Quesnay en matière politique, juridique et administrative dans l’Europe de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cette thèse d’histoire du droit vise à s’interroger sur les modalités de circulation et de réception des idées physiocratiques tout en soulignant les conditions d’accueil liées à chaque pays. Par l’étude, à l’échelle européenne, de la portée du mouvement physiocratique, ces recherches souhaitent combler une lacune dans l’histoire des institutions et des idées politiques.

  • Titre traduit

    The circulation and the reception of the physiocratic model in the Europe of the Enlightenment


  • Résumé

    School of thought especially known for its economic ideas, the physiocracy also developed basic and innovative ideas in institutional, constitutional, administrative, fiscal domains or still judicial. So, the physiocrats are not simple “economists”, they are also interested by the law and politics, what is not surprising in reality because the main members of the school are jurists and like political questions. As from 1760s, the members of the school have a considerable influence on the heads crowned of Europe. Thus, François Quesnay, the historic founder of the movement, is the physician of Louis XV and one of his main advisers. Also, after his meeting with Prince Ignacy Massalski, bishop of Vilnius, the abbot Baudeau is appointed provost of Widziniski in 1768 and makes two stays in Poland during 1769. As for Dupont de Nemours, he is successively called to advise Gustav III, King of Sweden, then Charles Frederick, Grand Duke of Baden, who promotes him councilor of the court and councilor of Legation in 1774. Finally, Stanislaw August Poniatowski, King of Poland, appoints him secretary of the Commission of National Education. Thanks to the recommendation of Diderot, Le Mercier de la Rivière becomes during a few months − from August 1767 until May 1768 − the special legal advisor of Catherine II of Russia for, according to his own terms, “to form the constitution and the legislation of her empire”. Also in touch with the King of Poland, Le Mercier proposes to him an important political reform plan. As for the marquis of Mirabeau, he maintains narrow relations with the earl of Scheffer, councilor of future King of Sweden, and is even rewarded of the order of Vasa. In the same way, he corresponds with the King of Poland, the Grand Duke of Baden and Léopold, Grand Duke of Tuscany as well future Germanic Roman Emperor. He advises even the earl Batthyány who asked him about the reforms that should be adopted in Hungary. Besides, the physiocratic model also developed in the countries of Europe, without the members of the school’s presence, in particular by the diffusion and the translation of their numerous works. Accordingly, it leads to wonder about the possible adaptations, by the foreign princes, of the theories that were supported by the French physiocrats. Therefore, we can wonder, what was the influence of the physiocracy in Europe, at the very moment when their ideas got developed in France and which was the “presence” of the physiocratic thought outside the kingdom of France? It is a question of analyzing the influence, even today underestimated the current of thought introduced by Quesnay in political, legal and administrative topics in Europe of the second half of the 18th century. This thesis of legal history aims at wondering about the modalities of circulation and reception of physiocratic ideas while underlining the conditions of reception in each country. By the study, in the European scale, of the impact of the physiocratic movement, these researches wish to fill a gap in the history of institutions and political ideas.