Analyse historique et idéologique des réformes pénales depuis 1981.

par Sofian Goudjil

Projet de thèse en Droit privé

Sous la direction de Nicolas Cayrol et de Laurent Reverso.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 22-10-2012 .


  • Résumé

    L'objet du droit pénal est la prévention des comportements répréhensibles. Ainsi, dans toute société, un système pénal est mis en place afin de lutter contre la délinquance et la criminalité afin de préserver la sécurité des citoyens et la cohésion de la société. En France, le système pénal, influencé par la pensée de Montesquieu et Cesare Beccaria, est soumis à un principe fondamental qui est celui de la légalité. Le système pénal français découle de la loi et s'est construit au gré des réformes pénales successives. Ces réformes pénales, si elles sont le fruit du travail du législateur, n'en demeurent pas moins soumises à des influences doctrinales et s'intègrent dans un contexte social. Il paraît ainsi évident que le législateur se voit influencé par l'opinion publique, les statistiques de la délinquance et de la criminalité ou encore par la pensée de certains auteurs qui pour certains ont défini les principes du droit pénal moderne. On pense notamment à Beccaria ou Bentham qui sont les leaders de l'école doctrinale classique, et à d'autres tels que les auteurs italiens Lombroso, Ferri, Garofalo ou encore Marc Ancel, qui ont élaboré la doctrine pénale moderne qui entend remettre en cause le système pénal tel qu'il a été pensé par la doctrine classique. Il s'agira donc d'étudier le contexte historique dans lequel s'inscrivent les réformes pénales issues de la plume du législateur ainsi que l'influence qu'ont eu les différents courants doctrinaires sur ces réformes.


  • Pas de résumé disponible.